C. C. TACITE, ANNALES, LIVRE XIV, CHAP. 51

Publié le par GO

C. C. TACITE, ANNALES, LIVRE XIV, CHAP. 51

 

 

Sed grauescentibus in dies publicis malis subsidia minuebantur, concessitque uita Burrus, incertum ualetudine an ueneno. ualetudo ex eo coniectabatur, quod in se tumescentibus paulatim faucibus et impedito meatu spiritum finiebat. plures iussu Neronis, quasi remedium adhiberetur, inlitum palatum eius noxio medicamine adseuerabant, et Burrum intellecto scelere, cum ad uisendum eum princeps uenisset, adspectum eius auersatum sciscitanti hactenus respondisse: "ego me bene habeo." ciuitati grande desiderium eius mansit per memoriam uirtutis et successorum alterius segnem innocentiam, alterius flagrantissima flagitia {adulteria}. quippe Caesar duos praetoriis cohortibus imposuerat, Faenium Rufum ex uulgi fauore, quia rem frumentariam sine quaestu tractabat, Ofonium Tigellinum, ueterem impudicitiam atque infamiam in eo secutus. atque illi pro cognitis moribus fuere, ualidior Tigellinus in animo principis et intimis libidinibus adsumptus, prospera populi et militum fama Rufus, quod apud Neronem aduersum experiebatur.

 

Cependant l'État perdait ses appuis à mesure que ses maux s'aggravaient. Burrus cessa de vivre ; par la maladie ou par le poison, c'est ce qu'on ne put savoir. Une enflure au dedans de la gorge, qui, s'accroissant peu à peu, lui ôta la vie avec la respiration, semblait annoncer une mort naturelle ; mais on assurait plus généralement qu'une main guidée par Néron lui avait, sous le nom de remède, humecté le palais de sucs meurtriers. Burrus, ajoute-t-on, s'aperçut de ce crime ; et, Néron étant venu le visiter, il détourna les yeux, et, pour toute réponse à ses questions, lui dit qu'il se trouvait bien. Cette grande perte excita des regrets, que nourrirent longtemps le souvenir des vertus de Burrus et le choix de ses successeurs, l'un d'une probité molle et nonchalante, l'autre ardent pour le crime et tout souillé d'adultères ; car le prince avait donné deux chefs aux cohortes prétoriennes, Fénius Rufus, désigné par la faveur populaire à cause de son désintéressement dans l'administration des vivres, et Sophonius Tigellinus, qui avait pour titres l'impureté de ses moeurs et une longue infamie. Leur destinée répondit à leur caractère : Tigellin fut tout-puissant sur l'esprit de Néron, et confident de ses débauches les plus secrètes ; Fénius, estimé du peuple et des soldats, en eut moins de droits aux bonnes grâces du maître.

 

LI. Sed, malis publicis

LI. Mais, les maux publics

gravescentibus in dies,

s'aggravant de jour en jour,

subsidia minuebantur ;

les appuis diminuaient:

Burrusque

et Burrus

concessit vita,

sortit de la vie,

incertum valetudine

il est incertain (on ne sait) si ce fut par la maladie

an veneno.

ou par le poison.

Valetudo

La maladie

conjectabatur

était conjecturée

ex eo quod faucibus

par cela que sa gorge

tumescentibus paulatim

s'enflant peu-à-peu

in se,

en elle-même,

et meatu impedito,

et le passage de l'haleine étant entravé,

finiebat spiritum :

il était-à-bout-de respiration:

plures asseverabant

la plupart assuraient

palatum ejus illitum

le palais de lui avoir été enduit

medicamine noxio,

d'un médicament nuisible,

jussu Neronis

par ordre de Néron,

quasi remedium

comme si un remède

adhiberetur :

lui était appliqué:

et, scelere intellecto,

et, le crime ayant été deviné,

Burrum,

Burrus,

quum princeps

comme le prince

venisset ad eum visendum ,

était venu pour le visiter ,

aversatum

s'étant détourné

adspectum ejus ,

de la vue de lui,

respondisse hactenus

avoir répondu jusque-la (ceci seulement}

sciscitanti,

à lui qui le questionnait,

« Ego me habeo bene.»

« Moi je me porte bien. »

Grande desiderium ejus

Un grand regret de lui

mansit civitati,

resta à la cité,

per memoriam virtutis,

à-cause-du souvenir de sa vertu,

et innocentiam segnem

et de la probité molle

alterius successorum,

de l'un de ses successeurs,

flagitia flagrantissima

et des désordres très-flagrants (sans frein)

et adulteria alterius.

et des adultères de l'autre.

Quippe Caesar

Car César (Néron)

imposuerat duos

avait préposé deux hommes

cohortibus praetoriis :

aux cohortes prétoriennes

Fenium Rufum,

l'un, Fénius Rufus,

ex favore vulgi ,

d'après la faveur du peuple,

quia tractabat

parce qu'il administrait

sine quaestu

sans aucun gain

rem frumentariam ;

le département des-blés;

Sophonium Tigellinum,

et l'autre, Sophonius Tigellinus,

secutus in eo

ayant suivi (considéré) en lui

veterem impudicitiam

son ancienne impureté

atque infamiam.

et son infamie.

Atque illi fuere

Et ces deux hommes furent (vécurent)

pro moribus cognitis:

conformément à leurs moeurs connues:

Tigellinus validior

Tigellinus fut plus fort

in animo principis,

dans l'esprit du prince,

et assumptus

et associé

libidinibus intimis;

à ses débauches les plus secrètes;

Rufus fama prospera

Rufus jouit d'un renom heureux

populi et militum ,

du (auprès du) peuple et des soldats,

quod experiebatur

ce qu'il éprouvait (dont il se ressentait)

apud Neronem adversum.

auprès de Néron qui lui était contraire.

 

Commenter cet article