C. C. TACITE, ANNALES, LIVRE XIV, CHAP. 55

Publié le par GO

C. C. TACITE, ANNALES, LIVRE XIV, CHAP. 55

 

 

Ad quae Nero sic ferme respondit: "quod meditatae orationi tuae statim occurram, id primum tui muneris habeo, qui me non tantum praeuisa, sed subita expedire docuisti. abauus meus Augustus Agrippae et Maecenati usurpare otium post labores concessit, sed in ea ipse aetate, cuius auctoritas tueretur quicquid illud et qualecumque tribuisset; ac tamen neutrum datis a se praemiis exuit bello et periculis meruerant; in iis enim iuuenta Augusti uersata est. nec mihi tela et manus tuae defuissent in armis agenti; sed quod praesens condicio poscebat, ratione consilio praeceptis pueritiam, dein iuuentam meam fouisti. et tua quidem erga me munera, dum uita suppetet, aeterna erunt: quae a me habes, horti et faenus et uillae, casibus obnoxia sunt. ac licet multa uideantur, plerique haudquaquam artibus tuis pares plura tenuerunt. pudet referre libertinos, qui ditiores spectantur: unde etiam rubori mihi est, quod praecipuus caritate nondum omnes fortuna antecellis.

 

Néron lui répondit à peu près ainsi : "Si je réplique sur-le-champ à un discours préparé, c'est un premier avantage que je te dois, puisque tu m'as appris à parler également, que le sujet fût prévu ou qu'il ne le fût pas. Mon trisaïeul Auguste, après les grands travaux d'Agrippa et de Mécène, leur permit le repos ; mais il était d'un âge dont l'autorité mettait cette faveur, quelle qu'elle fût, à l'abri de la censure ; et cependant il ne dépouilla ni l'un ni l'autre des récompenses qu'ils avaient reçues de lui. Ils les avaient méritées par la guerre et les périls ! c'est que la jeunesse d'Auguste se passa dans les périls et la guerre. Certes, ton bras et ton épée ne m'auraient pas manqué non plus, si j'avais eu les armes à la main. Mais tu as fait ce que les temps demandaient : tes lumières, tes conseils, tes préceptes, ont formé mon enfance, cultivé ma jeunesse. Et les biens dont tu m'as enrichi dureront impérissables, tant que durera ma vie : ceux que tu tiens de moi, jardins, trésors, maisons de campagne, sont sujets aux caprices du sort ; et, tout grands qu'ils paraissent, combien d'hommes, fort au-dessous de ton mérite, en ont possédé davantage ! J'ai honte de citer des affranchis qui étalent une tout autre opulence. Je rougis même que, le premier dans mon coeur, tu ne sois pas encore au-dessus de tous par la fortune.

 

LV. Ad quae Nero

LV. A quoi Néron

respondit ferme sic:

répondit à-peu-près ainsi:

« Quod occurram statim

« De ce que (si) je puis répondre sur-le-champ

tuae orationi meditatae,

à ton discours préparé,

habeo id primum

j'ai (je regarde) cela d'abord

muneris tui,

d'un (comme un) bienfait de-toi,

qui me docuisti expedire

qui m'as appris à développer

non tantum praevisa,

non-seulement des sujets prévus,

sed subita.

mais aussi des sujets soudains.

Meus abavus Augustus

Mon trisaïeul Auguste

concessit Agrippae

accorda à Agrippa

et Maecenati

et à Mécène

usurpare otium

de prendre du repos

post labores ;

après leurs travaux;

sed in ea aetate ipsa

mais il était dans cet âge même

cujus auctoritas

dont l'autorité

tueretur illud

pouvait protéger cela

quidquid

quoi-que-ce-fût qu'il eût accordé

et qualecumque

et de-quelque-nature

tribuisset;

qu'il eût accordé un bienfait;

attamen exuit neutrum

mais-cependant il ne dépouilla ni l'un ni-l'autre

praemiis datis a se.

des récompenses données par lui.

Meruerant

Ils les avaient méritées

bello et periculis.

par la guerre et les dangers.

Juventa enim Augusti

En-effet la jeunesse d'Auguste

versata est in his;

se passa dans ces occupations;

nec mihi, agenti in armis ,

et à moi non plus, vivant sous les armes

defuissent tela

n'auraient pas manqué tes armes

et tuae manus.

et tes mains.

Sed quod poscebat

Mais ce que réclamait

conditio praesens ,

la situation présente.

fovisti pueritiam,

tu as formé mon enfance,

dein meam juventam,

puis ma jeunesse,

ratione,consilio, praeceptis.

par ta raison, tes conseils, tes leçons.

Et quidem tua munera

Et certes tes bienfaits

erga me

envers moi

erunt aeterna,

seront éternels,

dum vita suppetet :

tant que la vie sera-à-ma-disposition:

quae habes a me,

quant aux biens que tu as de moi,

horti et foenus et villae,

jardins et revenus et villas,

sunt obnoxia casibus;

ils sont sujets aux hasards;

ac, licet videantur multa,

et, quoiqu'ils paraissent nombreux,

haudquaquam pares

des hommes qui n'étaient nullement égaux

tuis artibus

à tes talents

tenuerunt plura.

en ont obtenu plus.

Pudet referre libertinos

J'ai-honte de citer les affranchis

qui spectantur ditiores.

qui sont vus plus riches que toi.

Unde etiam

D'où même

est rubori mihi,

ceci est à rougeur à moi (me fait rougir),

quod, praecipuus caritate,

que, le premier par l'affection,

nondum antecellis omnes

tu ne surpasses pas-encore tous les autres

fortuna.

par la fortune.

 

Commenter cet article