CICERON, PRO LEGE MANILIA, CHAP. XXI

Publié le par GO

CICERON, PRO LEGE MANILIA, CHAP. XXI

 

 

XXI. Quid tam nouum quam adulescentulum priuatum exercitum difficili rei publicae temporare conficere? Confecit. Huic praeesse? Praefuit. Rem optime ductu suo gerere? Gessit. Quid tam praeter consuetudinem quam homini peradulescenti, cuius aetas a senatorio gradu longe abesset, imperium atque exercitum dari, Siciliam permitti, atque Africam bellumque in ea prouincia administrandum? Fuit in his prouinciis singulari innocentia, grauitate, uirtute: bellum in Africa maximum confecit, uictorem exercitum deportauit. Quid uero tam inauditum quam equitem Romanum triumphare? At eam quoque rem populus Romanus non modo uidit, sed omnium etiam studio uisendam et concelebrandam putauit. Quid tam inusitatum quam ut, cum duo consules clarissimi fortissimique essent, eques Romanus ad bellum maximum formidolosissimumque pro consule mitteretur? Missus est. Quo quidem tempore, cum esset non nemo in senatu qui diceret 'non oportere mitti hominem priuatum pro consule,' L- Philippus dixisse dicitur ''non se illum sua sententia pro consule, sed pro consulibus mittere.'' Tanta in eo rei publicae bene gerendae spes constituebatur, ut duorum consulum munus unius adulescentis uirtuti committeretur. Quid tam singulare quam ut ex senatus consuto legibus solutus consul ante fieret, quam ullum alium magistratum per leges capere licuisset? quid tam incredibile quam ut iterum eques Romanus ex senatus consulto triumpharet? Quae in omnibus hominibus noua post hominum memoriam constituta sunt, ea tam multa non sunt quam haec, quae in hoc uno homine uidemus. Atque haec tot exempla, tanta ac tam noua, profecta sunt in eundem hominem a Q- Catuli atque a ceterorum eiusdem dignitatis amplissimorum hominum auctoritate.

 

XXI. Quoi de plus nouveau, en effet, que de voir un jeune homme, simple particulier, lever une armée dans les circonstances les plus difficiles pour la république ? Pompée en a levé une ; de le voir la commander ? il l'a commandée ; diriger la guerre avec succès ? il l'a fait aussi. Quoi de plus extra ordinaire que de voir un homme si jeune, bien éloigné de l'âge requis pour être sénateur, eh, du commandement d'une armée ? de lui voir confier la Sicile, l'Afrique et les guerres qu'il fallait y soutenir ? Il s'est montré dans ces provinces d'une intégrité, d'une sagesse, d'une valeur admirables ; il a terminé en Afrique une guerre importante, et a ramené son aimée victorieuse. Quoi de plus inouï que de voir un chevalier romain honoré du triompha ? Or, le peuple, romain n'a pas seulement été témoin de ce spectacle, mais il a cru devoir y courir et y applaudir avec le plus grand empressement. Quoi de plus contraire aux usages que de charger un chevalier romain, plutôt qu'un consul, d'une guerre terrible et dos plus importantes, quand il y avait deux consuls d'un courage et d'une distinction rares ? On l'en a pourtant chargé. Et dans ce temps-là, comme quelques sénateurs disaient qu'il ne fallait pas envoyer un simple particulier à la place d'un consul, L. Philippus s'écria, dit-on, que dans sa pensée Pompée allait remplacer non pas un consul, mais les deux consuls. Ainsi il inspirait de si belles espérances, qu'on lui confiait, malgré son âge, l'emploi des deux consuls. Quoi de plus singulier que de le voir dispensé d'obéir aux lois par un sénatus-consulte, et nommé consul avant l'âge où les lois lui eussent permis d'aspirer à toute autre magistrature ? Quoi de plus incroyable qu'un sénatus-consulte décrétant un second triomphe pour un simple chevalier ? Non, les innovations faites de mémoire d'homme pour qui que ce soit n'ont jamais été si nombreuses que celles dont Pompée seul a été l'objet. Et toutes ces distinctions, si brillantes, si neuves, ont été décrétées pour un même citoyen, de l'avis de Q. Catulus et de tous les personnages les plus illustres du même ordre.

 

XXI. Quid enim

XXI. Quoi en effet

tam novum

de si nouveau

quam adulescentulum,

que de voir un jeune homme,

privatum,

simple-particulier,

conficere exercitum

compléter (lever) une armée

tempore difficili

dans un temps difficile

reipublicae?

pour la république?

confecit ;

il l'a complétée (levée)

praeesse huic ?

de le voir commander cette armée ?

praefuit

il l'a commandée

gerere rem optime

de le voir conduire l'entreprise très-bien

suo ductu?

par sa direction?

gessit.

il l'a conduite.

Quid tam praeter consuetudinem

Quoi de si contre la coutume

quam imperium

que de voir un commandement

atque exercitum dari

et une armée être donnés

homini peradulescenti,

à un homme extrêmement-jeune,

cujus aetas abesset longe

dont l'âge était loin

a gradu senatorio,

de la dignité sénatoriale,

Siciliam permitti

de voir la Sicile lui être confiée

atque Africam,

et l' Afrique,

bellumque

et la guerre

administrandum in ea?

devant être dirigée dans elle?

Fuit in his provinciis

Il a été dans ces provinces

innocentia, gravitate,

d'une intégrité, d'une sagesse,

virtute singulari;

d'une valeur singulière;

confecit bellum maximum

il a achevé la guerre la plus grande

in Africa,

en Afrique,

deportavit

il a ramené

exercitum victorem.

son armée victorieuse.

Quid vero tam inauditum

D'un-autre-côté quoi de si inouï

quam equitum Romanum

que de voir un chevalier romain

triumphare?

triompher?

at populus Romanus

or le peuple romain

non modo vidit

non-seulement a vu

eam rem quoque,

cette chose aussi,

sed etiam putavit

mais encore a pensé

visendam esse

elle devoir être vue

et concelebrandam

et applaudie

omni studio.

avec tout le zèle possible.

Quid tam inusitatum

Quoi de si inusité

quam ut eques Romanus

que de voir qu'un chevalier romain

mitteretur pro consule

fût envoyé au-lieu-d'un consul

ad bellum maximum

pour une guerre très-grande

formidolosissimumque

et très-effrayante,

quum essent duo consules

quand il y avait deux consuls

clarissimi fortissimique ?

très-illustres et très-courageux?

missus est.

il a été envoyé.

Quo tempore quidem,

A cette époque même,

quem non nemo esset

comme quelques-uns étaient

in senatu

dans le sénat

qui diceret non oportere

qui disaient ne pas falloir

hominem privatum

un homme simple-particulier

missi pro consule,

être envoyé au-lieu d'un consul,

L. Philippus dicitur dixisse

L. Philippus est dit avoir dit

se, sua sententia,

lui, de son avis,

non mittere illum

ne pas envoyer celui-ci (Pompée)

pro consule,

au-lieu-d'un consul,

sed pro consulibus.

mais au-lieu-des consuls.

Tanta spes

Un si-grand espoir

bene gerendae reipublicae

de bien gouverner la république

constituebatur in eo,

était mis eu lui,

ut munus

que la fonction

duorum consulum

des deux consuls

committeretur virtuti

était confiée au mérite

unius adolescentis.

d'un seul adolescent.

Quid tam singulare

Quoi de si singulier

quam ut

que de voir que

solutus legibus

dispensé des lois

ex senatusconsulto

par un sénatusconsulte

fieret consul

il devint consul

antequam licuisset

avant qu'il lui eût été-permis

per leges

par les lois

capere

de prendre (recevoir)

ullum alium magistratum?

aucune autre magistrature?

quid tam incredibile

quoi de si incroyable

quam ut eques Romanus

que de voir qu'un chevalier romain

triumpharet iterum

triomphât une-seconde-fois

ex senatusconsulto?

d'après un sénatusconsulte?

Ea

Ces choses

quae constituta sunt nova

qui ont été établies nouvelles

in omnibus hominibus

pour tous les hommes

post memoriam hominem,

de mémoire d'hommes,

non sunt tam multa

ne sont pas si nombreuses

quam haec quae vidimus

que celles que nous avons vues

in hoc homine uno.

établies pour cet homme seul.

Atque haec tot exempla,

Et ces si-nombreux exemples,

tanta ac tam nova,

si-grands et si nouveaux,

profecta sunt

sont partis

in eumdem hominem

pour se porter sur ce-même homme

ab auctoritate Q. Catuli

de l'autorité de Q. Catulus

atque ceterorum hominum

et des autres hommes

amplissimorum

les plus considérables

ejusdem dignitatis.

de la même dignité.

 

Commenter cet article