HORACE, ART POETIQUE, VERS 15 à 29

Publié le par GO

HORACE, ART POETIQUE, VERS 15 à 29

 

 

Purpureus, late qui splendeat, unus et alter               15
Assuitur pannus, quum lucus et ara Dianae,
Et properantis aquae per amoenos ambitus agros,
Aut flumen Rhenum, aut pluvius describitur arcus :
Sed nunc non erat his locus. Et fortasse cupressum
Scis simulare; quid hoc, si fractis enatat exspes        20
Navibus, aere dato qui pingitur ? Amphora coepit
Institui : currente rota, cur urceus exit?
Denique sit quodvis simplex duntaxat et unum.
Maxima pars vatum, Pater et Juvenes patre digni,
Decipimur specie recti : brevis esse laboro,     
          25
Obscurus fio ; sectantem lenia nervi
Deficiunt animique; professus grandia turget;
Serpit humi tutus nimium timidusque procellae.
Qui variare cupit rem prodigialiter unam,

 

on rattache, pour nous éblouir à distance, un ou deux lambeaux de pourpre ; on décrit un bois sacré et l'autel de Diane, ou bien le ruisseau qui serpente en fuyant à travers de riantes prairies, ou le Rhin majestueux, ou les brillantes couleurs de l'arc-en-ciel : descriptions charmantes, oui, mais qui ne sont pas à leur place. Vous savez peindre un cyprès: eh ! qu'importe un cyprès au malheureux qui vous paie pour le représenter lui-même échappant au naufrage sur les débris de son vaisseau ? Ou commençait une amphore magnifique : la roue a tourné; pourquoi ne vient-il qu'une tasse? — Enfin, que la simplicité, que l'unité règne avant tout dans un ouvrage. Ce qui nous trompe souvent, nous autres poètes , c'est — vous le savez, illustre Pison, et vous, ses dignes fils, — c'est l'apparence du bien. Je vise à la concision , je deviens obscur; on court après la grâce: adieu le nerf et la chaleur ; tel vise au sublime, et se perd dans l'enflure; par excès de prudence, et pour échapper à la tempête, celui-là se traîne terre à terre; celui-ci croit trouver la variété dans le merveilleux, et son pinceau bizarre nous représente

 

purpureus,

de-pourpre,

qui splendeat late,

qui puissent-briller au loin,

assuitur

sont cousus (sont rattachés)

inceptis gravibus

à des commencements nobles

et professis magna :

et qui promettent de grandes-choses :

quum lucus

par exemple, lorsqu'un bois-sacré

et ara Dianae,

et l'autel de Diane ,

et ambitus

et le cours-sinueux

aquae properantis

d'un ruisseau qui se hâte

per agros amoenos ,

à travers des champs agréables,

aut flumen Rhenum,

ou le fleuve du Rhin ,

aut arcus pluvius

ou l'arc pluvieux (l'arc-en-ciel)

describitur :

est décrit :

sed locus non erat nunc

mais le lieu n'était pas maintenant

his.

à ces descriptions.

Et fortasse scis

Et peut-être tu sais

simulare cupressum :

représenter un cyprès :

Quid hoc,

que fait cela (à quoi bon ),

si qui pingitur,

si celui qui est peint (qui se fait peindre),

aere dato ,

son argent étant donné (pour son argent),

enatat exspes,

s'échappe-à-la-nage et sans-espoir,

navibus fractis ?

ses vaisseaux étant brisés?

Amphora coepit

Une amphore a commencé

institui :

à être façonnée :

cur, rota currente,

pourquoi, la roue tournant,

urceus exit?

une tasse sort-elle ( résulte-t-elle ) ?

Denique, quodvis

Enfin, que tout sujet

sit duntaxat

soit avant-tout

simplex et unum.

simple et un.

Pater, et Juvenes

Père, et vous, Jeunes-gens

digni patre,

dignes de votre père,

maxima pars vatum

la plus grande partie des poètes

decipimur

nous sommes trompés

specie recti :

par l'apparence du bien :

laboro esse brevis,

je tache d'être concis,

fio obscurus ;

je deviens obscur ;

nervi animique

les nerfs et les esprits (la chaleur)

deficiunt

abandonnent

sectantem lenia;

celui qui recherche les choses trop douces

professus grandia

celui qui promet des choses grandioses,

turget ;

est enflé ;

nimium tutus

celui qui est trop sur-ses-gardes

timidusque procellae,

et qui-craint trop la tempête,

serpit humi.

rampe terre-à-terre.

Qui cupit

Celui qui désire

variare prodigialiter

varier par-le-merveilleux

rem unam,

un sujet simple,

Publié dans HORACE - ART POETIQUE

Commenter cet article

Pattes 02/12/2008 12:34

Merci pour ce blog... J'ai toujours dit qu'un jour je mettrais en ligne mes mots-à-mots, et je n'en ai jamais trouvé le temps, alors merci vraiment pour ce travail de titan...
(Au passage, il y a une faute de frappe dans le mot à mot ici, "minium" au lieu de "nimium" ^^)

GO 02/12/2008 12:52



De rien...


Il ne faut pas hésiter, en effet, à me signaler les fautes de frappe; je suis conscient que sur la quantité de publications il doit y en avoir pas mal...