HORACE, ART POETIQUE, VERS 227 à 242

Publié le par GO

HORACE, ART POETIQUE, VERS 227 à 242

 

 

Ne, quicumque deus, quicumque adhibebitur heros,
Regali conspectus in auro nuper et ostro,
Migret in obscuras humili sermone tabernas,
Aut, dum vitat humum, nubes et inania captet.                230
Effutire leves indigna tragoedia versus,
Ut festis matrona moveri jussa diebus,
Intererit Satyris paulum pudibunda protervis.
Non ego inornata et dominantia nomina solum
Verbaque, Pisones, Satyrorum scriptor, amabo;               
235
Nec sic enitar tragico differre colori,
Ut nihil intersit Davusne loquatur, et audax
Pythias, emuncto lucrata Simone talentum,
An custos famulusque Dei Silenus alumni.
Ex noto fictum carmen sequar, ut sibi quivis                     
240
Speret idem, sudet multum, frustraque laboret,
Ausus idem : tantum series juncturaque pollet !

 

soient comiques, et non pas burlesques. Il ne faut pas que vos Dieux et vos héros, quand on vient de les voir, tout brillants d'or et se pavanant sous la pourpre des rois, descendent à l'ignoble langage des tavernes enfumées; ou que, par crainte de la terre, ils aillent se perdre dans les nues. La tragédie ne doit jamais tomber dans le bouffon : comme la grande dame obligée de danser en public, un jour de fête, elle ne se montrera qu'avec une pudique rougeur au milieu des Satyres effrontés. Pour moi, jeunes Pisons, je n'affecterais, dans un drame Satyrique, ni un style sans élégance, ni un dialogue trivial. Je ne viserais pas non plus au ton de la tragédie ; mais je n'aurais garde de confondre les facéties d'un Dave, ou de cette friponne de Pythias, escroquant les écus du bonhomme Simon qu'elle enjôle, avec le langage de Silène, gardien fidèle, serviteur et nourricier de Bacchus. Je prendrais le sujet de ma pièce dans le domaine commun. Chacun aurait l'ambition d'en faire autant, d'abord ; et puis, après avoir sué sang et eau, on quitterait la partie : tant l'ordre et l'harmonie ont de valeur dans un

 

seria ludo

les choses sérieuses à la plaisanterie

ita, ne

de telle façon , que ,

quicumque deus,

n'importe-quel dieu,

quicumque heros

n'importe-quel héros

adhibebitur,

sera mis-en-scène,

conspectus nuper

ayant été vu tout-à-1'heure

in auro regali

dans l'or des-rois

et ostro,

et dans la pourpre,

migret sermone humili

il ne passe point par un langage trivial

in tabernas obscuras ;

dans les cabarets enfumés;

aut captet

ou qu'il ne-cherche-pas-à-saisir

nubes et inania ,

les nues et les espaces vides ,

dum vitat humum.

tandis qu'il évite la terre.

Tragoedia,

La tragédie,

indigna effutire

qui-ne-doit-pas débiter-à-la-légère

versus leves,

des vers burlesques,

intererit

se trouvera-parmi

Satyris protervis

les Satyres impudents

paulum pudibunda,

un-peu rougissante-de-honte,

ut matrona

comme une dame romaine

jussa moveri

obligée de danser

diebus festis.

aux jours de fête.

Ego, Pisones,

Pour moi, Pisons,

scriptor Satyrorum,

auteur de drames-satyres,

non amabo solum

je n'aimerai pas exclusivement

nomina verbaque

des mots et des termes

inornata et dominantia;

dépourvus-d'ornement et vulgaires;

nec enitar

et je ne m'efforcerai pas non plus

differre colori tragico,

de m'éloigner du ton de-la-tragédie,

sic ut nihil intersit

de telle façon que rien ne diffère,

Davusne loquatur,

si c'est Dave qui parle,

et audax Pythias

et l'effrontée Pythias

lucrata talentum

qui a attrapé un talent

Simone emuncto,

au vieux Simon dupé,

an Silenus,

ou bien si c'est Silène,

custos famulusque

gardien et serviteur

Dei alumni.

du Dieu (Bacchus) son nourrisson.

Sequar

Je suivrai (je développerai)

Carmen fictum

mon poème inventé (ma fable),

ex noto,

d'après un sujet connu,

ut quivis

de manière que le-premier-venu

speret idem sibi,

puisse-espérer le même succès pour lui,

sudet multum

mais qu'il sue beaucoup

laboretque frustra,

et qu'il travaille en-vain,

ausus idem :

ayant osé tenter la même chose :

tantum series juncturaque

tant l'enchaînement et l'ensemble

pollet !

ont-de-force (de valeur) !

Publié dans HORACE - ART POETIQUE

Commenter cet article