HORACE, ART POETIQUE, VERS 341 à 355

Publié le par GO

HORACE, ART POETIQUE, VERS 341 à 355

 

 

Centuriae seniorum agitant expertia frugis;
Celsi praetereunt austera poemata Rhamnes.
Omne tulit punctum, qui miscuit utile dulci,
Lectorem delectando pariterque monendo.
Hic meret aera liber Sosiis, hic et mare transit,                  345
Et longum noto scriptori prorogat aevum.
Sunt delicta tamen quibus ignovisse velimus :
Nam neque chorda sonum reddit quem vult manus et mens,
Poscentique gravem persaepe remittit acutum ;
Nec semper feriet quodcumque minabitur arcus.             
350
Verum, ubi plura nitent in carmine, non ego paucis
Offendar maculis, quas aut incuria fudit,
Aut humana parum cavit natura. Quid ergo est?
Ut scriptor si peccat idem librarius usque,
Quamvis est monitus, venia caret; ut citharœdus            
355

 

enfant qu'elle a dévoré. Nos graves Sénateurs ne veulent pas d'un drame frivole : un drame sérieux fait peur à nos fiers Chevaliers. Pour enlever tous les suffrages, il faut mêler l'utile et l'agréable, il faut plaire et instruire en même temps. C'est alors qu'un livre fait la fortune des Sosies, et qu'il franchît les mers , et qu'il assure à l'auteur une glorieuse immortalité. Cependant, il y a de ces fautes qu'on pardonne volontiers. Souvent, en effet, le luth harmonieux trahit le doigt et la pensée de l'artiste; souvent, au lieu d'un son grave, la corde infidèle rend un son aigu : et la flèche n'atteint pas toujours le but qu'elle menaçait. Pourquoi donc , dans un poème où les beautés dominent, critiquerais-je amèrement quelques taches , effets inévitables de la négligence, ou qui auront échappé à la faiblesse humaine? Mais enfin! si un copiste averti sans cesse, et sans cesse retombant dans la même faute, est indigne de pardon ; s'il est naturel de siffler l'artiste maladroit qui

 

Centuriae seniorum

Les centuries des Romains plus âgés

agitant

poursuivent de leur improbation

expertia

les poèmes qui sont dépourvus

frugis:

d'utilité (de leçons sérieuses);

Rhamnes

les Rhamniens (les Chevaliers)

celsi

altiers (dédaigneux)

praetereunt

laissent-de-côté (méprisent)

poemata austera.

les poèmes austères ( trop sérieux ).

Tulit

Celui-là a remporté (mérité)

omne punctum,

tous les points (tous les suffrages),

qui miscuit utile dulci,

qui a mêlé l'utile à l'agréable,

delectando lectorem

en charmant le lecteur

monendoque pariter.

et en l'instruisant tout-à-la-fois.

Hic liber

Un-tel 1ivre

Meret aera

vaut (rapporte) beaucoup d'argent

Sosiis,

aux Sosies (au libraire),

hic et transit mare,

un-tel livre aussi passe la mer,

et prorogat

et proroge (assure)

aevum longum

une vie longue (l'immortalité)

scriptori noto.

à son auteur célèbre.

Sunt tamen delicta

Il y a cependant des fautes

quibus velimus

auxquelles nous voudrions

ignovisse :

avoir pardonné (pardonner) :

nam neque chorda

car ni la corde de la lyre

reddit sonum

ne rend toujours le son

quem manus et mens

que la main et l'intention

vult,

veulent produire,

remittitque persaepe

et elle renvoie bien-souvent

acutum

un son aigu

poscenti gravem ;

à celui-qui-désire un son grave ;

nec arcus

ni l'arc

feriet semper

ne frappera pas toujours

quodcumque minabitur.

tous les buts qu'il menacera (visera).

Verum, ubi

Mais, du-moment-que

plura

le plus-grand-nombre des choses

nitent in carmine,

brillent dans un poème,

ego non offendar

je ne serai pas choqué

maculis paucis,

de taches peu-nombreuses,

quas aut incuria fudit,

que ou la négligence a répandues

aut natura humana

ou dont la nature (la faiblesse) humaine

parum cavit.

s'est peu garantie.

Quid est ergo?

Qu'y a-t-il donc (mais quoi ) ?

Ut scriptor librarius,

De-même-qu'un écrivain copiste-de-livres,

si peccat usque idem,

s'il pèche toujours de la même manière,

quamvis est monitus,

quoiqu'il ait été averti,

caret venia ;

n'obtient-pas de pardon ;

ut citharoedus,

de-même qu'un joueur-de-luth ,

Publié dans HORACE - ART POETIQUE

Commenter cet article