HORACE, ART POETIQUE, VERS 469 à 476

Publié le par GO

HORACE, ART POETIQUE, VERS 469 à 476

 

 

Fiet homo, et ponet famosae mortis amorem.
Nec satis apparet cur versus factitet : utrum                     470
Minxerit in patrios cineres, an triste bidental
Moverit incestus : certe furit, ac velut ursus,
Objectos caveae valuit si frangere clathros,
Indoctum doctumque fugat recitator acerbus.
Quem vero arripuit, tenet, occiditque legendo,                 475
Non missura cutem, nisi plena cruoris, hirudo.

 

son coup d'essai, allez ! qu'on le tire de là, et vous verrez si, rendu à lui-même, il abdiquera cette manie tragique d'immortalité. Au reste, on ne sait pas trop d'où lui vient cette rage poétique. A-t-il souillé la cendre de son père? a-t-il, d'un pied sacrilège, profané la place funeste consacrée par la foudre ? Le fait est qu'un démon le possède. Mais tenez, le voilà; l'ours déchaîné a rompu les barreaux de sa loge. Ignorants et savants, tous fuient ce déclamateur furibond. Malheur à qui tombe sous sa main ! plus d'espoir : il faut périr sous son vers homicide ; la sangsue ne lâchera prise, que gorgée du sang de sa victime.

 

erit retractus ,

il est tiré de ce danger,

non fiet jam

il ne deviendra pas pour-cela

homo,

un homme raisonnable,

et ponet

et il n'abdiquera point

amorem mortis famosae.

l'amour qu'il a d'un trépas fameux.

Nec apparet satis

Et il ne paraît pas assez (clairement:)

cur factitet versus :

pourquoi il fait-toujours des vers :

utrum minxerit

si c'est parce qu'il a uriné

in cineres patrios,

sur les cendres de-ses-pères,

an, incestus,

ou parce que, sacrilège,

moverit

il a remué (profané)

triste bidental :

un lieu-funeste frappé-par-la-foudre :

certe, furit,

quoi-qu'il-en-soit, il-est-fou

ac velut ursus,

et comme un ours,

si valuit

quand il est-venu-à-bout

frangere clathros objectos

de briser les barreaux opposés

caveae,

de sa cage,

recitator acerbus,

lecteur impitoyable,

fugat

il met-en-fuite

indoctum doctumque.

ignorants et savants.

Quem vero arripuit,

Mais celui qu'il a attrapé,

tenet,

il le tient-ferme,

occiditque legendo :

et il l'assassine en lui lisant ses vers :

hirudo

véritable sangsue

non missura cutem,

qui ne lâchera point la peau,

nisi plena cruoris.

si-ce-n'est gorgée de sang.

Publié dans HORACE - ART POETIQUE

Commenter cet article