LUCRECE, DE NATURA RERUM, LIVRE II, EXTRAITS, CHAP. 4

Publié le par GO

LUCRECE, DE NATURA RERUM, LIVRE II, EXTRAITS, CHAP. 4

 

 

IV. - COMMENT SE FORMENT LES CORPS (V. 990-1021.)

 

 

Denique caelesti sumus omnes semine oriundi:

Omnibus ille idem pater est, unde alma liquentes

Humoris guttas mater quum Terra recepit,

Feta parit nitidas fruges arbustaque laeta,

Et genus humanum ; parit omnia saecla ferarum,

Pabula quum praebet, quibus omnes corpora pascunt,

Et dulcem ducunt vitam prolemque propagant.

Quapropter merito maternum nomen adepta est.

Cedit item retro de terra quod fuit ante

In terras; et quod missum est ex aetheris oris,

Id rursum caeli relatum templa receptant.

Nec sic interimit mors res, ut materiaï

Corpora conficiat, sed coetum dissupat ollis :

Inde aliis aliud conjungit, et effit ut omnes

Res ita convertant formas, mutentque colores,

Et capiant sensus, et puncto tempore reddant :

Ut noscas referre, eadem primordia rerum

Cum quibus, et quali positura contineantur,

Et quos inter se dent motus accipiantque.

Namque eadem caelum, mare, terras, flumina, solem

Significant; eadem fruges, arbusta, animantes.

Neve putes aeterna penes residere potesse

Corpora prima quod in summis fluitare videmus

Rebus, et interdum nasci subitoque perire.

Quin etiam refert nostris in versibus ipsis,

Cum quibus, et quali sint ordine quaeque locata :

Si non omnia sunt, at multo maxima pars est

Consimili: verum positura discrepitant haec.

Sic ipsis in rebus item jam materiaï

Intervalla viae, connexus, pondera, plagae,

Concursus, motus, ordo, positura, figurae,

Quum permutantur, mutari res quoque debent.

 

Enfin, nous sommes tous enfants du ciel: le ciel est notre père commun; la terre, notre mère commune, fécondée par les gouttes liquides qu'elle reçoit d'en haut, produit à la fois les arbrisseaux, les moissons, les hommes, et tous les animaux, puisque c'est elle qui leur fournit à tous les aliments, à l'aide desquels ils nourrissent leurs corps, jouissent de la vie, et propagent leur espèce. C'est pour cela que nous lui avons donné avec raison le nom de mère. Les corps sortis de son sein y rentrent une seconde fois, et la matière descendue de l'air est reçue de nouveau dans les plaines éthérées. La mort, en détruisant les corps, ne touche point aux éléments. Son pouvoir se borne à rompre les tissus, à produire de nouveaux assemblages, à changer les formes et les couleurs, à donner ou à reprendre le sentiment au moment fixé par la Nature. De là vous devez concevoir combien il est essentiel d'avoir égard au mélange, à l'arrangement et aux mouvements réciproques des atomes, puisque les mêmes éléments dont résultent le ciel, la mer, la terre, les fleuves et le soleil, concourent aussi à former les grains, les arbres et les animaux. Et gardez-vous de croire que ces qualités que nous voyons flotter à la surface des êtres, naître et périr subitement, soient inhérentes à ces éléments primitifs. Ainsi, dans nos vers mêmes, l'ordre et la combinaison des lettres sont essentiels, parce que les mots, composés en partie des mêmes éléments, ne diffèrent que par l'arrangement. Il en est de même des corps de la nature: changez les distances, les directions, les liens, les pesanteurs, les chocs, les rencontres, l'ordre, l'arrangement et la figure des atomes, vous aurez des résultats différents.

 

Denique

Enfin

omnes sumus oriundi

tous nous sommes nés

semine caelesti :

d'un germe céleste:

ille est pater

celui-ci (le ciel) est le père

idem omnibus,

le même pour tous,

unde quum terra

d'où (duquel) lorsque la terre

mater alma

notre mère nourricière

recepit guttas liquentes

a reçu les gouttes liquides

humoris,

de la pluie,

feta parit

fécondée elle enfante

fruges nitidas,

les moissons riantes,

arbustaque laeta,

et les arbres productifs,

et genus humanum;

et le genre humain;

parit

elle enfante

omnia saecla ferarum,

toutes les espèces des animaux,

quum praebet pabula

tandis qu'elle fournit (des aliments)

quibus omnes

par lesquels tous

pascunt corpora,

nourrissent leurs corps,

et ducunt vitam dulcem,

et mènent la vie qui est douce,

propagantque prolem.

et propagent leur espèce.

Quapropter

C'est pourquoi

adepta est merito

elle a acquis avec-raison

nomen maternum.

le nom de-mère.

Quod fuit ante

Ce qui a existé auparavant

de terra

sorti de la terre

cedit retro item

va en-arrière (retourne) de même

in terras;

dans les terres (la terre);

et templa caeli

et les espaces du ciel

receptant rursum relatum

reçoivent de-nouveau ramené

id quod missum est

ce qui a été envoyé

ex oris aetheris.

des régions de l'éther.

Nec mors interimit res,

Et la mort ne détruit pas les êtres,

sic ut conficiat

de-telle-sorte qu'elle anéantisse

corpora materiaï;

les éléments de la matière;

sed dissupat ollis

mais elle disperse pour eux (pour ces éléments)

coetum :

leur assemblage:

inde conjungit aliud

puis elle unit un autre élément

aliis,

avec d'autres,

et effit ut omnes res

et fait que tous les êtres

convertant formas ita,

convertissent leurs formes ainsi,

mutentque colores,

et changent leurs couleurs,

et capiant sensus,

et reçoivent les sens,

et reddant

et les rendent (les perdent)

tempore puncto :

au temps marqué:

ut noscas referre

afin que tu connaisses qu'il importe

cum quibus,

avec quels éléments,

et quali positura

et dans quelle position

eadem primordia rerum

les mêmes principes des êtres

contineantur,

sont-tenus-ensemble,

et quos motus dent

et quels mouvements ils donnent

accipiantque inter se;

et reçoivent entre eux;

namque eadem significant

car les mêmes principes font-voir (produisent)

caelum, mare, terras,

le ciel, la mer, les terres,

flumina, solem;

les fleuves, le soleil ;

eadem fruges,

les mêmes produisent les moissons,

arbusta, animantes.

les arbres, les animaux.

Neve putes aeterna

Et-ne pense pas des choses éternelles

potesse residere

pouvoir subsister

penes corpora prima

dans les éléments premiers (l'éternité)

quod videmus fluitare

parce que nous les voyons flotter

in summis rebus,

à la surface des êtres,

et interdum nasci

et parfois naître

perireque subito.

et périr subitement.

Quin etiam refert

Bien plus il importe

in nostris versibus ipsis

dans nos vers eux-mêmes

cum quibus,

avec quelles lettres,

et quali ordine

et dans quel ordre

quaeque locata sint:

chaque lettre a été placée:

si omnia non sunt,

si toutes les lettres ne sont pas semblables,

at pars

du-moins la partie

multo maxima

de beaucoup la plus grande

est consimilis :

est semblable:

verum haec discrepitant

mais ces lettres diffèrent

positura.

par leur position.

Sic item jam

Ainsi de même maintenant

in rebus ipsis

dans les êtres eux-mêmes

quum

lorsque

intervalla materiaï,

les intervalles de la matière,

viae, connexus,

les routes, les enlacements,

pondera, plagae, concursus,

les poids, les chocs, les rencontres,

motus, ordo, positura,

les mouvements, l'ordre, la position,

figurae,

les figures,

permutantur,

sont changés,

res quoque debeut mutari.

les êtres aussi doivent être changés.

 

 

Commenter cet article