TACITE, VIE D'AGRICOLA, CHAP. XVIII

Publié le par GO

TACITE, VIE D'AGRICOLA, CHAP. XVIII

 

 

Hunc Britanniae statum, has bellorum uices media iam aestate transgressus Agricola inuenit, cum et milites uelut omissa expeditione ad securitatem et hostes ad occasionem uerterentur. Ordouicum ciuitas haud multo ante aduentum eius alam in finibus suis agentem prope uniuersam obtriuerat, eoque initio erecta prouincia. Et quibus bellum uolentibus erat, probare exemplum ac recentis legati animum opperiri, cum Agricola, quamquam transuecta aestas, sparsi per prouinciam numeri, praesumpta apud militem illius anni quies, tarda et contraria bellum incohaturo, et plerisque custodiri suspecta potius uidebatur, ire obuiam discrimini statuit; contractisque legionum uexillis et modica auxiliorum manu, quia in aequum degredi Ordouices non audebant, ipse ante agmen, quo ceteris par animus simili periculo esset, erexit aciem. Caesaque prope uniuersa gente, non ignarus instandum famae ac, prout prima cessissent, terrorem ceteris fore, Monam insulam, cuius possessione reuocatum Paulinum rebellione totius Britanniae supra memoraui, redigere in potestatem animo intendit. Sed, ut in subitis consiliis, naues deerant: ratio et constantia ducis transuexit; depositis omnibus sarcinis lectissimos auxiliarium, quibus nota uada et patrius nandi usus, quo simul seque et arma et equos regunt, ita repente inmisit, ut obstupefacti hostes, qui classem, qui nauis, qui mare expectabant, nihil arduum aut inuictum crediderint sic ad bellum uenientibus. Ita petita pace ac dedita insula clarus ac magnus haberi Agricola, quippe cui ingredienti prouinciam, quod tempus alii per ostentationem et officiorum ambitum transigunt, labor et periculum placuisset. Nec Agricola prosperitate rerum in uanitatem usus, expeditionem aut uictoriam uocabat uictos continuisse; ne laureatis quidem gesta prosecutus est, sed ipsa dissimulatione famae famam auxit, aestimantibus quanta futuri spe tam magna tacuisset.

 

Voilà ce qu'il en était de la Bretagne et des hostilités quand Agricola débarqua en plein milieu de l'été. S'imaginant qu'on avait renoncé à faire campagne, nos soldats avaient pour seule préoccupation leur tranquillité, et les ennemis guettaient une occasion à prendre. Or, peu de temps auparavant, la tribu des Ordoviques avait quasiment anéanti tout un corps de cavalerie qui stationnait sur son territoire, ce qui engagea la province à se soulever. Ceux qui voulaient déclencher la guerre avaient trouvé un exemple à suivre et surveillaient les réactions du nouveau légat. Or, l'été touchait à sa fin, les effectifs étaient dispersés, les soldats considéraient comme acquis de prendre une pause cette année-là : cette situation ne pouvait donc que retarder et contrarier l'entrée en guerre, et l'avis général était de plutôt surveiller les points suspects. Mais Agricola décida d'affronter le danger. Il rassembla des détachements de légions et ne prit que quelques troupes auxiliaires, du fait que les Ordoviques ne se risquaient pas à livrer bataille en terrain plat. Lui-même prit la tête de la colonne pour inspirer à tous le même courage devant le danger commun et les fit monter à l'assaut. Presque toute la tribu fut massacrée. Agricola savait qu'il lui fallait immédiatement tirer parti de sa réputation et que sa première victoire ferait peur au reste de la Bretagne. Il projeta de soumettre l'île d'Anglesey, dont Paulinus, comme je l'ai déjà rappelé, avait dû interrompre la conquête à cause de la rébellion de toute la province. Décision d'autant plus surprenante qu'on manquait de bateaux. Mais, sans se laisser démonter, le chef réfléchit et trouva le moyen de débarquer : il sélectionna avec le plus grand soin des soldats auxiliaires, qu'il fit se débarrasser de tous leurs bagages personnels. Ces hommes connaissaient les passages guéables et, comme leurs ancêtres, savaient nager tout en se dirigeant avec leurs armes et leurs chevaux. Agricola les lança si soudainement que les ennemis ne revinrent pas de leur stupéfaction : ils s'attendaient à une flotte, à des navires portés par la marée haute et crurent que rien n'était difficile ni insurmontable pour des hommes venus se battre dans ces conditions. L'île demanda la paix et passa sous notre pouvoir. Maintenant Agricola passait pour un grand homme digne de gloire : n'avait-il pas choisi d'affronter des difficultés et des dangers dès son arrivée dans la province, à un moment que d'autres consacraient à se pavaner et à recevoir de partout des hommages ? Malgré ce succès, il ne se vantait pas. Maintenir des vaincus dans le rang, cela ne méritait pas pour lui le nom de campagne ou de victoire. Son exploit ne lui valut même pas d'en envoyer un compte rendu rehaussé de laurier. Pourtant il fit croître sa renommée tout en l'occultant, car on supputait les espoirs qu'il réservait pour l'avenir en gardant le silence sur un si haut fait.

 

XVIII. Agricola

XVIII. Agricola

transgressus

ayant passé dans ce pays

jam media aestate,

déjà au milieu de l'été ,

invenit

trouva

hunc statum Britanniae ,

cet état de la Bretagne,

has vices bellorum,

ces vicissitudes des guerres,

quum et milites

savoir-que et les soldats

verterentur ad securitatem,

se tournaient vers la sécurité,

expeditione velut omissa,

l'expédition étant comme mise-de-côté,

et hostes

et les ennemis

ad occasionem.

se tournaient vers une occasion de guerre.

Civitas Ordovicum

La cité des Ordoviques

obtriverat ,

avait écrasé,

haud multo

non beaucoup

ante adventum ejus

avant l'arrivée de lui,

alam prope universam,

une aile de cavalerie presque entière

agentem in suis finibus :

vivant (campée) sur leurs frontières :

provinciaque

et la province

erecta eo initio ,

dressée (animée) par ce commencement,

ut erat

comme il était naturel

quibus volentibus bellum,

à eux voulant la guerre,

probare exemplum ,

se mettait à approuver cet exemple

aut opperiri

ou à attendre (à observer)

animum legati recentis.

l'esprit du chef nouveau.

Tum Agricola statuit

Alors Agricola résolut

ire obviam discrimini ,

d'aller au-devant du danger,

quanquam aestas transacta,

quoique l'été fût passé ,

numeri

les troupes

sparsi per provinciam ,

dispersées dans la province ,

quies illius anni

le repos de cette année

praesumpta apud militem ,

présumé (espéré) chez le soldat ,

tarda et contraria

dispositions languissantes et contraires

inchoaturo bellum,

pour lui devant commencer la guerre ,

et

et quoique ceci , savoir

suspecta custodiri

les points-suspects être gardés

videbatur potius plerisque :

parût préférable à la plupart :

vexulisque legionum

et les étendards des légions (les vexillaires)

et modica manu

et une modique poignée

auxiliorum

de secours (d'auxiliaires)

contractis ,

étant rassemblés,

quia Ordovices

comme les Ordoviques

non audebant

n'osaient pas

degredi in aequum ,

descendre dans la plaine ,

ipse ante agmen ,

lui-même devant sa troupe-en-marche ,

quo animus par

afin qu'un courage égal

periculo simili ,

dans un péril semblable

esset ceteris ,

fût à tous-les-autres ,

erexit aciem ;

il dirigea-vers-les-hauteurs son armée;

genteque caesa

et ce peuple étant taillé-en-pièces

prope universa ,

presque tout-entier,

non ignarus

non ignorant (n'ignorant pas)

instandum famae ,

falloir poursuivre sa renommée ,

ac universa fore

et toutes choses devoir être

prout prima cessissent ,

selon que les premières avaient réussi ,

intendit animo

il s'appliqua de pensée

redigere in potestatem

à réduire en son pouvoir

insulam Monam ,

l'île de Mona ,

possessione cujus

de la possession de laquelle

memoravi supra

j'ai rapporté plus haut

Panlinum revocatum

Paulinus avoir été rappelé

rebellione totius Britanniae.

par la révolte de toute la Bretagne.

Sed naves deerant ,

Mais les vaisseaux manquaient ,

ut

comme ils devaient manquer

in consiliis dubiis :

dans des résolutions douteuses (subites):

ratio et constantia ducis

le génie et la constance du chef

transvexit.

transporta (transportèrent) l'armée.

Omnibus sarcinis depositis ,

Tous les bagages étant déposés ,

immisit ita repente

il envoya-contre l'ennemi si subitement

lectissimos auxiliarium ,

les plus choisis (l'élite) des auxiliaires,

quibus vada nota

auxquels les gués étaient connus

et usus nandi patrius ,

et l'usage de nager national,

quo regunt simul

usage par lequel ils dirigent à la fois

seque , et arma et equos ,

et eux , et leurs armes et leurs chevaux ,

ut hostes

que les ennemis

qui exspectabant classem,

qui attendaient une flotte ,

qui naves ,

qui attendaient des vaisseaux ,

qui mare,

qui attendaient la mer haute ,

obstupefacti ,

stupéfaits ,

crediderint nihil arduum

ne crurent rien difficile

aut invictum

ou invincible

venientibus sic ad bellum.

pour des soldats venant ainsi à la guerre.

Ita Agricola haberi

Ainsi Agricola commença à être jugé

clarus ac magnus ,

illustre et grand ,

pace petita

la paix étant demandée

ac insula dedita :

et l'île étant livrée :

quippe labor et periculum

car la fatigue et le péril

placuisset cui

avaient plu à lui

ingredienti provinciam ,

entrant (à son entrée) dans la province,

tempus

temps

quod alii transigunt

que les autres passent

per ostentationem

dans l'ostentation

aut ambitum officiorum.

ou la brigue des hommages.

Et Agricola ,

Et Agricola,

usus prosperitate rerum

n'usant pas de la prospérité des choses

in vanitatem,

pour la vanité ,

non vocabat expeditionem

n'appelait point expédition

aut victoriam,

ou victoire,

continuisse victos :

d'avoir contenu des vaincus :

ne prosecutus est quidem

il n'accompagna pas même

gesta

ses actes (son rapport)

laureatis ;

de lettres ornées-de-laurier ;

sed auxit famam

mais il augmenta sa renommée

dissimulatione ipsa famae ,

par la dissimulation même de sa renommée,

aestimantibus

chez les hommes appréciant

quanta spe futuri

avec quel grand espoir de l'avenir

tacuisset tam magna.

il avait tu des choses si grandes.

 

Commenter cet article