PHEDRE, FABLES, LIVRE I, FABLE II, LES GRENOUILLES DEMANDANT UN ROI

Publié le par GO

PHEDRE, FABLES, LIVRE I, FABLE II, LES GRENOUILLES DEMANDANT UN ROI

 

 

Ranae Regem Petunt

Athenae cum florerent aequis legibus,
procax libertas ciuitatem miscuit,
frenumque soluit pristinum licentia.
Hic conspiratis factionum partibus
arcem tyrannus occupat Pisistratus.
Cum tristem seruitutem flerent Attici,
non quia crudelis ille, sed quoniam graue
omne insuetis onus, et coepissent queri,
Aesopus talem tum fabellam rettulit.
'Ranae, uagantes liberis paludibus,
clamore magno regem petiere ab Ioue,
qui dissolutos mores ui compesceret.
Pater deorum risit atque illis dedit
paruum tigillum, missum quod subito uadi
motu sonoque terruit pauidum genus.
Hoc mersum limo cum iaceret diutius,
forte una tacite profert e stagno caput,
et explorato rege cunctas euocat.
Illae timore posito certatim adnatant,
lignumque supra turba petulans insilit.
Quod cum inquinassent omni contumelia,
alium rogantes regem misere ad Iouem,
inutilis quoniam esset qui fuerat datus.
Tum misit illis hydrum, qui dente aspero
corripere coepit singulas. Frustra necem
fugitant inertes; uocem praecludit metus.
Furtim igitur dant Mercurio mandata ad Iouem,
adflictis ut succurrat. Tunc contra Tonans
"Quia noluistis uestrum ferre" inquit "bonum,
malum perferte". Vos quoque, o ciues,' ait
'hoc sustinete, maius ne ueniat, malum'.

 

LES GRENOUILLES QUI DEMANDENT UN ROI.


Lorsque Athènes florissait sous des lois égalitaires, une liberté effrénée mit le trouble dans l'État. et la licence rompit ses vieilles entraves. Alors, grâce à un complot de différents partis politiques, Pisistrate usurpe le pouvoir et s'empare de la citadelle. Les Athéniens déploraient leur malheureuse servitude; non pas que Pisistrate fût cruel, mais tout joug est pesant aux épaules qui n'y sont pas habituées. Comme ils s'étaient mis à se plaindre de leur fardeau, Ésope leur raconta cet apologue à peu près en ces termes. Les grenouilles errant en liberté dans leurs marais demandèrent à grands cris à Jupiter un roi capable de réprimer par la force le désordre de leurs mceurs. Le père des dieux se mit à rire et leur donna pour roi un petit soliveau dont la chute au milieu du marais, par l'agitation soudaine et le bruit qu'elle fit, épouvanta la gent peureuse. Plongé dans la vase, il était immobile depuis assez longtemps. Par hasard une grenouille lève sans bruit la tête hors de l'eau, examine bien le roi, puis appelle toutes ses compagnes. Bannissant toute crainte, elles accourent à la nage en luttant de vitesse et leur troupe saute brutalement sur, la pièce de bois. Après lui avoir fait essuyer toutes sortes d'outrages, elles envoyèrent des députés à Jupiter pour demander un autre roi, celui qu'il leur avait donné n'étant, disaient-elles, bon à rien. Alors le dieu leur envoya une hydre qui, d'une dent cruelle, se mit à les manger l'une après l'autre. C'est en vain qu'elles essaient de fuir la mort, impuissantes à se défendre. La peur arrête leur voix dans leur gosier. Elles chargent donc secrètement Mercure d'une mission auprès de Jupiter pour obtenir son secours dans le malheur qui les accable. Le dieu alors de leur répondre : «Puisque vous n'avez pas voulu supporter votre bonheur, subissez maintenant votre malheur jusqu'au bout. » Vous aussi, citoyens, dit Ésope, endurez le malheur présent, de peur qu'il ne vous en arrive un plus grand. »

 

FABULA II.

FABLE II.

RANAE PETENTES REGEM.

LES GRENOUILLES DEMANDANT UN ROI

Quum Athenae florerent

Lorsqu'Athènes florissait

legibus aequis,

sous des lois égales pour tous,

libertas procax

une liberté effrénée

miscuit civitatem ,

mêla (troubla) la cité,

et licentia

et la licence

solvit frenum pristinum.

délia (rompit) son frein antique.

Hinc partibus factionum

De-là des partis de factions (des factions)

conspiratis,

étant unis (s'étant formés),

Pisistratus tyrannus

Pisistrate tyran (usurpateur)

occupat arcem.

s'empare de la citadelle,

Quum Attici

Comme les habitants-de-l'Attique

flerent tristem servitutem,

pleuraient leur triste servitude,

non quia ille crudelis,

non parce-qu'il était cruel,

sed quoniam omne onus

mais parce-que tout fardeau

grave insuetis,

est lourd à ceux-qui-n'y-sont-pas-habitués,

et coepissent queri,

et qu'ils commençaient à se plaindre,

tum Aesopus

alors Ésope

rettulit fabellam talem :

leur rapporta une fable telle (cette fable) :

Ranae vagantes

Les grenouilles errant

paludibus liberis,

dans leurs marais libres (en liberté),

petiere magno clamore

demandèrent à grand cri

ab Jove

à Jupiter

regem qui compesceret vi

un roi qui réprimât par la force

mores dissolutos.

leurs moeurs dissolues.

Pater deorum risit,

Le père des dieux rit (se mit à rire),

atque dedit illis

et donna à elles

parvum tigillum ,

un petit soliveau,

quod missum subito vadis

qui lancé tout-à-coup dans les eaux

terruit genus pavidum

effraya cette race craintive

motu sonoque.

par son mouvement et son bruit.

Quum hoc jaceret diutius

Comme celui-ci gisait assez longtemps

mersum limo,

plongé dans la vase,

forte una

par hasard une grenouille

profert tacite caput

sort en-silence la tête

e stagno

hors-de l'étang,

et, rege explorato,

et, le roi ayant été examiné,

evocat cunctas.

elle appelle toutes ses compagnes.

Illae adnatant certatim;

Celles-ci nagent-vers le roi à l'envi,

timore posito,

leur frayeur étant déposée (ayaut cessé),

turbaque petulans

et la foule pétulante

insilit supra lignum :

saute sur le bois (le soliveau) :

quod quum inquinassent

lequel après qu'elles eurent souillé

omni contumelia,

de toute espèce d'affront,

misere ad Jovem

elles envoyèrent à Jupiter

rogantes alium regem,

des députés demandant un autre roi,

quoniam qui datus fuerat

puisque celui-qui leur avait été donué

esset inutilis.

était un roi inutile.

Tum misit illis hydrum,

Alors Jupiter envoya à elles une hydre,

qui coepit corripere singulas

qui se-mit-à les saisir une-à-une

dente aspero.

d'une dent âpre (aiguë).

Frustra inertes

En vain les grenouilles sans-défense

fugitant necem;

essaient-de-fuir la mort;

metus praecludit vocem.

la peur leur ferme (étouffe) la voix.

Dant igitur furtim Mercurio

Elles donnent donc en-cachette à Mercure

mandata ad Jovem,

des instructions vers (pour) Jupiter,

ut succurrat afflictis.

pour qu'il secoure elles affligées.

Tunc deus contra:

Alors le dieu de-son-côté (en réponse):

« Quia noluistis, inquit,

« Puisque vous n'avez pas voulu, dit-il

ferre vestrum bonum,

supporter votre bon roi,

perferte malum. »

supportez-jusqu' au-bout le mauvais. »

Vos quoque, o cives, ait,

Vous aussi, ô citoyens, dit Ésope,

sustinete hoc,

supportez ce mal présent,

ne malum majus veniat.

de peur qu'un mal plus grand ne vous arrive.

 

Commenter cet article