PHEDRE, FABLES, LIVRE I, FABLE IV, LE CHIEN PORTANT DE LA VIANDE EN TRAVERSANT UN FLEUVE

Publié le par GO

PHEDRE, FABLES, LIVRE I, FABLE IV, LE CHIEN PORTANT DE LA VIANDE EN TRAVERSANT UN FLEUVE

 

 

Canis per Fluuium Carnem Ferens

Amittit merito proprium qui alienum adpetit.
Canis, per fluuium carnem cum ferret, natans
lympharum in speculo uidit simulacrum suum,
aliamque praedam ab altero ferri putans
eripere uoluit; uerum decepta auiditas
et quem tenebat ore dimisit cibum,
nec quem petebat adeo potuit tangere.

 

LE CHIEN QUI PORTE UN MORCEAU DE VIANDE EN TRAVERSANT UNE RIVIÈRE

On perd justement son bien quand on cherche à prendre celui d'autrui. Un chien portait un morceau de viande en traversant une rivière à la nage, quand il vit dans le miroir des eaux son image. Croyant voir une autre proie portée par un autre chien, il voulut la lui arracher; mais son avidité fut déçue. Il lâcha la nourriture qu'il tenait dans sa gueule; d'ailleurs il ne put atteindre celle qu'il voulait prendre.

 

FABULA IV.

FABLE IV.

CANIS FERENS CARNEM

LE CHIEN PORTANT DE LA VIANDE.

PER FLUVIUM.

EN-TRAVERSANT UN FLEUVE.

Qui appetit alienum

Celui-qui convoite le bien d'-autrui

amittit merito proprium.

perd justement le sien propre.

Dum canis natans

Tandis qu'un chien nageant

ferret carnem

portait de la viande

per flumen,

à-travers (en traversant) un fleuve,

vidit suum simulacrum

il vit son image

in speculo lympharum;

dans le miroir des eaux ;

putansque aliam praedam

et pensant une autre proie

ferri ab alio cane,

être portée par un autre chien,

voluit eripere;

il voulut la lui enlever;

verum aviditas decepta,

mais son avidité fut trompée.

et dimisit cibum

et il lâcha la nourriture

quem tenebat ore,

qu'il tenait dans sa gueule,

nec potuit adeo

et il ne put pas pour-cela

attingere quem petebat.

atteindre celle-qu'il convoitait.

 

Commenter cet article

Frderic 08/11/2008 16:32

Merci de m'avoir aider a faire ma prepa :D

GO 10/11/2008 14:12


De rien, c'est le but: apporter un peu de "lumière" à ce qui paraît parfois si obscur...