PHEDRE, FABLES, LIVRE I, FABLE V, LA VACHE, LA CHEVRE, LA BREBIS ET LE LION

Publié le par GO

PHEDRE, FABLES, LIVRE I, FABLE IV, LA VACHE, LA CHEVRE, LA BREBIS ET LE LION

 

 

Vacca et Capella, Ouis et Leo

Numquam est fidelis cum potente societas.
Testatur haec fabella propositum meum.
Vacca et capella et patiens ouis iniuriae
socii fuere cum leone in saltibus.
Hi cum cepissent ceruum uasti corporis,
sic est locutus partibus factis leo:
'Ego primam tollo nomine hoc quia rex cluo;
secundam, quia sum consors, tribuetis mihi;
tum, quia plus ualeo, me sequetur tertia;
malo adficietur si quis quartam tetigerit'.
Sic totam praedam sola improbitas abstulit.

 

LA VACHE, LA CHÈVRE, LA BREBIS ET LE LION

Il n'y a jamais de sûreté dans l'association avec le puissant; cette petite fable montre la vérité de ce que j'avance. Une vache, une chèvre et une brebis habituée à l'injustice firent dans les bois société avec un lion. Comme ils avaient pris un cerf de grande taille, les parts faites, le lion parla ainsi : « C'est moi qui prends la première puisqu'on m'appelle roi, elle m'appartient; la seconde, comme je suis vaillant, vous me la donnerez; et parce que je suis le plus fort, la troisième me reviendra. Malheur à qui touchera à la quatrième !» Ainsi, grâce à sa mauvaise foi, il emporta pour lui seul la proie tout entière.

 

FABULA V.

FABLE V.

VACCA, CAPELLA,

LA VACHE, LA CHÈVRE,

OVIS ET LEO.

LA BREBIS ET LE LION.

Societas cum potente

La société avec un puissant

nunquam est fidelis;

n'est jamais digne-de-confiance (sûre);

haec fabella

cette petite-fable

testatur meum propositum.

atteste ma proposition (ce que j'avance).

Vacca et capella,

La vache et la chèvre,

et ovis

et la brebis

patiens injuriae

qui-souffre-patiemment l'injustice,

fuere socii cum leone

furent associés (s'associèrent) avec le lion

in saltibus.

dans les bois.

Quum hi cepissent

Comme ils avaient pris

cervum vasti corporis,

un cerf d'un grand corps (de haute taille),

partibus factis,

les parts étant faites,

leo locutus est sic :

le lion parla ainsi:

« Ego tollo primam,

« Moi j'enlève la première,

quoniam nominor leo;

parce-que je m'appelle lion;

tribuetis mihi secundam,

vous accorderez à moi la seconde.

quia sum fortis;

parce-que je suis courageux ;

tum tertia

de-plus la troisième

sequetur me,

suivra moi (me reviendra),

quia valeo plus;

parce-que je suis-fort plus que vous;

si quis tetigerit quartam

si quelqu'un touche la quatrième

afficietur malo. »

il sera affligé de mal (il lui arrivera mal). »

Sic improbitas sola

Aiusi la mauvaise-foi seule

abstulit praedam totam.

enleva le butin tout entier.

 

Commenter cet article