CICERON, LE SONGE DE SCIPION, CHAP. XII

Publié le par GO

CICERON, LE SONGE DE SCIPION, CHAP. XII

 

 

Homines enim populariter annum tantummodo solis, id est unius astri, reditu metiuntur; cum autem ad idem, unde semel profecta sunt, cuncta astra redierint eandemque totius caeli discriptionem longis interuallis rettulerint, tum ille uere uertens annus appellari potest; in quo uix dicere audeo, quam multa hominum saecula teneantur. Namque ut olim deficere sol hominibus exstinguique uisus est, cum Romuli animus haec ipsa in templa penetrauit, quandoque ab eadem parte sol eodemque tempore iterum defecerit, tum signis omnibus ad principium stellisque reuocatis expletum annum habeto; cuius quidem anni nondum uicesimam partem scito esse conuersam.

 

Les hommes mesurent vulgairement l'année par la révolution du soleil, c'est-à-dire d'un seul astre. Mais lorsque tous les astres reviendront en concours au point d'où ils étaient partis, et ramèneront après de longs intervalles la même disposition de toutes les parties du ciel, alors sera véritablement accomplie une année du monde; et j'ose à peine dire combien cette année renferme de vos siècles. Le soleil disparut jadis aux yeux des hommes et sembla s'éteindre, lorsque l'âme de Romulus pénétra dans nos temples célestes. Eh bien ! lorsque le soleil s'éclipsera de nouveau au même point du ciel et dans les mêmes conjonctures, toutes les planètes et toutes les étoiles se trouvant rappelées dans la même position, une année sera complètement résolue. Mais sache que la vingtième partie de cette année véritable n'est pas encore écoulée.

 

XII. « Homines enim

XII. « Les hommes en effet

metiuntur populariter

mesurent vulgairement

annum

l'année

reditu solis tantummodo,

par le retour du soleil seulement,

id est unius astri :

c'est-à-dire d'un seul astre :

quum autem cuncta astra

mais lorsque tous les astres

redierint ad idem,

seront revenus au même point,

unde sunt profecta semel,

d'où ils sont partis une fois,

retulerintque

et qu'ils auront ramené

eamdem descriptionem

la même distribution

coeli totius

du ciel entier

longis intervallis ,

à de longs intervalles ,

tum ille potest appellari

alors cette année peut être appelée

annus vere vertens ;

l'année vraiment révolue;

in quo audeo vix dicere

dans laquelle j'ose à peine dire

quam multa

combien beaucoup

secula hominum

de siècles d'hommes

teneantur.

sont contenus.

Namque ut olim

Car de même que autrefois

sol visus est

le soleil sembla

deficere hominibus

manquer aux hommes

exstinguique,

et s'éteindre,

quum animus Romuli

lorsque l'âme de Romulus

penetravit

pénétra

in haec templa ipsa ,

dans ces temples mêmes,

ita, quandoque sol

de même, lorsque le soleil

defecerit iterum

aura manqué de nouveau

eadem parte

du même côté

eodemque tempore,

et au même instant,

tum omnibus signis

alors tous les signes célestes

stellisque revocatis

et toutes les étoiles étant ramenés

ad idem principium,

au même point-de-départ,

habeto annum expletum:

aie (regarde) l'année comme complète :

scito partem vicesimam

sache la partie vingtième

hujus anni quidem

de cette année vraiment

esse nondum conversam.

n'être pas encore révolue.

 

Commenter cet article