PHEDRE, FABLES, LIVRE II, FABLE I, LE LION, LE BRIGAND ET LE VOYAGEUR

Publié le par GO

PHEDRE, FABLES, LIVRE II, FABLE I, LE LION, LE BRIGAND ET LE VOYAGEUR

 

 

Iuuencus, Leo et Praedator.

Super iuuencum stabat deiectum leo.
praedator interuenit, partem postulans.
'Darem' inquit 'nisi soleres per te sumere';
et improbum reiecit. forte innoxius
uiator est deductus in eundem locum,
feroque uiso rettulit retro pedem.
cui placidus ille 'Non est quod timeas' ait,
'et quae debetur pars tuae modestiae
audacter tolle'. tunc diuiso tergore
siluas petiuit, homini ut accessum daret.
Exemplum egregium prorsus et laudabile;
uerum est auiditas diues et pauper pudor.

 

LE JEUNE TAUREAU, LE LION ET LE BRIGAND.

Sur le corps d'un jeune taureau qu'il avait terrassé, un lion se tenait debout. Un brigand survint qui réclama une part. "Je te la donnerais, dit le lion, si tu n'avais coutume de la prendre toi-même," et il repoussa ainsi la demande du méchant. Le hasard conduisit au même endroit un voyageur inoffensif qui, à la vue de la bête sauvage, recula. Mais le lion lui dit doucement : "Tu n'as rien à craindre. Une part t'est due pour ta discrétion; prends-la hardiment". Puis, ayant partagé la proie, il se retira dans la forêt pour laisser approcher l'homme. Exemple tout à fait admirable et digne d'éloges. Mais en fait, seuls les gens avides s'enrichissent et les délicats restent pauvres.

 

FABULA I.

FABLE I.

LEO, PRAEDATOR ET

LE LION , LE BRIGAND ET

VIATOR.

LE VOYAGEUR.

Leo stabat

Un lion se tenait

super juvencum dejectum;

sur un jeune-taureau abattu ;

praedator intervenit

un brigand intervint ( survint )

postulans partem :

en demandant une part :

« Darem, inquit,

« Je te la donnerais, dit le lion,

si non soleres

si tu n'avais-coutume

sumere per te; »

de la prendre par toi-même; »

et rejecit improbum.

et il rejeta ( repoussa) le méchant.

Viator innoxius

Un voyageur inoffensif

deductus est forte

fut conduit ( vint ) par hasard

in eumdem locum,

dans le même endroit ,

et , fero viso,

et, l' animal-sauvage (le lion) étant vu,

rettulit retro pedem.

il reporta en-arrière son pied ( recula).

Cui ille placidus :

A lui l'autre (le lion ) tranquille :

« Non est quod timeas, ait,

« Il n'est pas pourquoi tu doives-craindre, dit-il,

et tolle audacter

et enlève hardiment

quae pars

la partie laquelle partie

debetur tuae modestiae. »

est due à ta modération. »

Tunc, tergore diviso,

Alors , le dos du taureau étant divisé,

petivit silvas,

il gagna les forêts,

ut daret accessum homini.

pour qu'il donnât libre accès à l'homme.

Exemplum

Cet exemple

prorsus egregium

est sans doute remarquable

et laudabile ;

et digne-de-louange ;

verum aviditas est dives,

mais d'ordinaire l'avidité est riche,

et pudor pauper.

et la réserve pauvre.

 

Commenter cet article