PHEDRE, FABLES, LIVRE II, FABLE IV, L'AIGLE, LA CHATTE ET LA LAIE

Publié le par GO

PHEDRE, FABLES, LIVRE II, FABLE IV, L'AIGLE, LA CHATTE ET LA LAIE

 

 

Aquila, Feles et Aper.

Aquila in sublimi quercu nidum fecerat;
feles, cauernam nancta in media, pepererat;
sus nemoris cultrix fetum ad imam posuerat.
tum fortuitum feles contubernium
fraude et scelesta sic euertit malitia.
ad nidum scandit uolucris: 'Pernicies' ait
tibi paratur, forsan et miserae mihi.
nam, fodere terram quod uides cotidie
aprum insidiosum, quercum uult euertere,
ut nostram in plano facile progeniem opprimat.
terrore offuso et perturbatis sensibus
derepit ad cubile saetosae suis;
'Magno' inquit 'in periclo sunt nati tui.
nam, simul exieris pastum cum tenero grege,
aquila est parata rapere porcellos tibi'.
hunc quoque timore postquam compleuit locum,
dolosa tuto condidit sese cauo:
inde euagata noctu suspenso pede,
ubi esca sese expleuit et prolem suam,
pauorem simulans prospicit toto die.
ruinam metuens aquila ramis desidet:
aper rapinam uitans non prodit foras.
quid multa? inedia sunt consumpti cum suis,
felisque catulis largam praebuerat dapem.
Quantum homo bilinguis saepe concinnet mali,
documentum habere hinc stulta credulitas potest.

 

L'AIGLE, LA LAIE ET LA CHATTE SAUVAGE.

Une aigle avait fait son nid au sommet d'un chêne; une chatte sauvage, ayant trouvé un creux au milieu de l'arbre, y avait fait ses petits; une laie habituée à vivre dans les forêts avait déposé sa portée près du pied. Mais cette intimité formée par le hasard fut détruite par la mauvaise foi et la méchanceté funeste de la chatte. Elle grimpe jusqu'au nid de l'aigle et lui dit : « On prépare ta perte et peut-être, hélas ! aussi la mienne. Car, si tu vois chaque jour cette laie perfide creuser le sol, c'est qu'elle veut abattre le chêne pour pouvoir à terre se jeter facilement sur nos progénitures. Après avoir semé la terreur et le trouble dans le coeur de l'aigle, elle descend en rampant à la bauge de la laie couverte de soies. "Tes petits, lui dit-elle, sont en grand danger. Car, aussitôt que tu sortiras pour chercher pâture avec ton jeune troupeau, l'aigle, déjà prête à l'attaque, t'enlèvera tes marcassins". Quand elle a répandu l'effroi aussi dans ce lieu, la fourbe va se cacher dans son trou où elle est en sûreté. Elle en sort la nuit pour aller çà et là d'un pas qui ne touche presque pas le sol et, quand elle s'est bien nourrie et qu'elle a bien nourri ses petits, elle affecte d'avoir peur et a l'oeil au guet tout le jour. L'aigle, craignant la chute de l'arbre, ne le quitte pas. La laie, pour se garder contre le rapt de ses petits, ne sort plus de chez elle. Bref, aigle et laie moururent de faim avec leurs petits et fournirent à la chatte et aux petits chats un repas abondant. Que de mal fait souvent un homme au langage perfide ! Cette fable peut l'apprendre aux gens sottement crédules.

 

FABULA IV.

FABLE IV.

AQUILA, FELES ET APER.

L'AIGLE, LA CHATTE ET LA LAIE.

Aquila fecerat nidum

Une aigle avait fait son nid

in quercu sublimi ;

sur un chêne élevé (au haut d'un chêne);

feles pepererat in media ,

une chatte avait-mis-bas au milieu ,

nacta cavernam ;

y ayant trouvé un creux ;

sus nemoricultrix

une laie habitante-des-bois

posuerat fetum ad imam.

avait mis sa portée au bas.

Tum feles evertit sic

Alors la chatte détruisit ainsi

fraude et malitia scelesta

par sa ruse et sa malice scélérate

contubernium fortuitum.

cette société formée-par-le-hasard.

Scandit ad nidum volucris:

Elle grimpe au nid de l'oiseau :

« Pernicies , ait ,

« La perte , dit-elle ,

paratur tibi,

est préparée à toi ,

forsan et mihi miserae.

et peut-être aussi à moi malheureuse.

Nam aper quem vides

Car ce sanglier (cette laie) que tu vois

fodere quotidie terram

creuser tous-les-jours la terre

vult insidiosus

veut, le traître (la traîtresse),

evertere quercum ,

renverser le chêne,

ut opprimat facile

pour qu'il (qu'elle) accable facilement

in plano

sur le sol plat ( à terre )

nostram progeniem. »

notre progéniture. »

Terrore offuso,

La terreur étant répandue-autour,

et sensibus perturbatis ,

et les sens de l'aigle totalement-troublés,

derepit

la chatte descend-en-rampant ( se glisse )

ad cubile suis saetosae :

au chenil de la laie couverte-de-soies :

« Tui nati , inquit ,

« Tes petits , dit-elle ,

sunt in magno periclo :

sont en grand danger :

nam simul exieris

car aussitôt-que tu seras sortie

pastum cum tenero grege,

pour-te-repaître avec ton jeune troupeau,

aquila parata est

l'aigle est-toute-prête

rapere tibi porcellos. »

à enlever à toi tes marcassins. »

Postquam complevit timore

Après qu'elle eut rempli de crainte

hunc locum quoque ,

ce lieu- aussi ,

dolosa condidit se cavo tuto;

la rusée cacha soi dans son trou en-sûreté;

inde noctu evagata

puis la-nuit rôdant-hors de sa demeure

pede suspenso,

le pied suspendu ( à pas de loup),

ubi replevit esca

dès-qu'elle a rempli (repu) de nourriture

se et suam prolem ,

soi et sa race ,

simulans pavorem ,

feignant la peur ,

prospicit toto die.

elle fait-le-guet tout le jour.

Aquila metuens ruinam,

L'aigle craignant la chute de l'arbre,

desidet ramis;

reste-perchée sur les branches ;

aper,

le sanglier (la laie),

vitans rapinam ,

voulant-éviter l'enlèvement de ses pelits ,

non prodit foras.

ne s'avance pas dehors.

Quid multa ?

Pourquoi dirais-je beaucoup plus ?

consumpti sunt inedia

ils périrent d'inanition

cum suis,

avec leurs petits ,

praebueruntque

et fournirent

largam dapem

une abondante nourriture

feli et catulis.

au chat et à ses petits.

Stulta credulitas

La sotte crédulité

potest habere documentum ,

peut avoir ( trouver ici ) ce précepte ,

quantum mali saepe

à savoir combien de mal souvent

homo bilinguis concinnet.

un homme à-deux-langues prépare (cause).

 

Commenter cet article