PHEDRE, FABLES, LIVRE III, FABLE II, LA PANTHERE ET LES BERGERS

Publié le par GO

PHEDRE, FABLES, LIVRE III, FABLE II, LA PANTHERE ET LES BERGERS

 

 

Panthera et Pastores

Solet a despectis par referri gratia.

Panthera inprudens olim in foueam decidit.

Videre agrestes; alii fustes congerunt,

alii onerant saxis; quidam contra miseriti

periturae quippe, quamuis nemo laederet,

misere panem ut sustineret spiritum.

Nox insecuta est; abeunt securi domum,

quasi inuenturi mortuam postridie.

At illa, uires ut refecit languidas,

ueloci saltu fouea sese liberat

et in cubile concito properat gradu.

Paucis diebus interpositis prouolat,

pecus trucidat, ipsos pastores necat,

et cuncta uastans saeuit irato impetu.

Tum sibi timentes qui ferae pepercerant

damnum haut recusant, tantum pro uita rogant.

At illa: "Memini quis me saxo petierit,

quis panem dederit; uos timere absistite;

illis reuertor hostis qui me laeserunt."

 

LA PANTHÈRE ET LES BERGERS

C'est l'habitude de ceux qui ont été méprisés de rendre mesure pour mesure. Une panthère, par mégarde, tomba un jour dans une fosse. Des paysans l'ayant vue, les uns font pleuvoir sur elle des bâtons, les autres l'accablent de pierres; quelquesuns au contraire, pris de pitié à la pensée qu'elle devait périr sans même qu'on lui fît du mal, lui jetèrent du pain pour prolonger sa vie. La nuit arriva. Tous rentrent chez eux l'esprit tranquille, croyant bien trouver la bête morte le lendemain. Mais quand elle eut refait ses forces affaiblies, d'un bond agile elle s'échappe de la fosse et se hâte à vive allure vers son gîte. Quelques jours plus tard, elle prend son élan, égorge le bétail, tue les bergers eux-mêmes et donne libre cours à sa fureur impétueuse en dévastant tout. Alors, tremblant pour eux-mêmes, ceux qui avaient épargné la bête sauvage ne refusent pas de perdre leur bétail, ils lui demandent seulement la vie sauve. «Je me souviens, dit-elle, de qui m'a jeté des pierres et de qui m'a donné du pain. Vous, n'ayez aucune crainte. Je ne reviens en ennemi que pour ceux qui m'ont fait du mal.

 

FABULA II.

FABLE II.

PANTHERA ET PASTORES.

LA PANTHÈRE ET LES BERGERS.

Gratia par

Une reconnaissance égale au traitement

solet referri

a coutume d'être rapportée (témoignée)

a despectis.

par les gens outragés.

Olim panthera

Un-jour une panthère

decidit imprudens

tomba imprudente ( par mégarde )

in foveam.

dans une fosse.

Agrestes videre :

Des paysans la virent :

alii congerunt

les uns entassent sur elle

fustes,

des bâtons (des coups de bâton),

alii onerant saxis ,

d'autres la chargent de coups-de-pierres,

quidam contra

quelques-uns au contraire

miseriti

ayant pitié d'elle

quippe periturae

comme devant-périr

quamvis nemo laederet ,

quand même personne ne la blesserait ,

misere panem ,

lui jetèrent du pain ,

ut sustineret spiritum.

afin-qu'elle soutint son souffle (sa vie).

Nox insecuta est :

La nuit suivit :

abeunt securi domum ,

ils s'en-vont tranquilles à leur demeure ,

quasi inventuri postridie

comme devant-trouver le lendemain

mortuam.

elle morte.

At illa , ut refecit

Mais celle-ci, dès qu'elle eut réparé

vires languidas,

ses forces languissantes ,

liberat sese fovea

délivre soi de la fosse

saltu veloci ,

par un bond rapide ( vigoureux ) ,

et properat gradu concito

et se-hâte à pas pressé

in cubile.

vers sa tanière.

Paucis diebus interpositis,

Après peu de jours interposés ,

provolat ,

elle s'élance-en- avant,

trucidat pecus ,

massacre le bétail ,

necat pastores ipsos ,

met-à-mort les bergers eux-mêmes ,

et, vastans cuncta,

et, dévastant tout,

saevit impetu irato.

elle sévit avec une impétuosité furieuse.

Tum qui pepercerant ferae,

Alors ceux-qui avaient épargné la bête,

timentes sibi ,

craignant pour eux-mêmes ,

haud recusant damnum ,

ne refusent pas le dommage ,

rogant tantum pro vita.

ils prient seulement pour leur vie.

At illa :

Mais celle-ci leur dit :

« Memini

« Je me souviens

quis petierit me saxo ,

qui a attaqué moi à coup- de-pierre ,

quis dederit panem :

qui a donné à moi du pain :

vos , absistite timere ,

vous , abstenez-vous de craindre ,

revertor hostis

je reviens ennemie

illis qui laeserint me. »

à ceux-là seuls qui ont blessé moi. »

 

Commenter cet article