PHEDRE, FABLES, LIVRE III, FABLE IX, CEUX QU'il FAUT CROIRE ET CEUX QU'IL NE FAUT PAS CROIRE (1)

Publié le par GO

PHEDRE, FABLES, LIVRE III, FABLE IX, CEUX QU'il FAUT CROIRE ET CEUX QU'IL NE FAUT PAS CROIRE (1)

 

 

Poeta de Credere et non Credere

 

Periculosum est credere et non credere.

Vtriusque exemplum breuiter adponam rei.

Hippolytus obiit, quia nouercae creditum est;

Cassandrae quia non creditum, ruit Ilium.

Ergo exploranda est ueritas multum, prius

quam stulte praua iudicet sententia.

Sed, fabulosam ne uetustatem eleues,

narrabo tibi memoria quod factum est mea.

Maritus quidam cum diligeret coniugem,

togamque puram iam pararet filio,

seductus in secretum a liberto est suo,

sperante heredem suffici se proximum.

qui, cum de puero multa mentitus foret

et plura de flagitiis castae mulieris,

Incensus ille falso uxoris crimine

simulauit iter ad uillam, clamque in oppido

subsedit; deinde noctu subito ianuam

intrauit, recta cubiculum uxoris petens,

in quo dormire mater natum iusserat,

aetatem adultam seruans diligentius.

Dum quaerunt lumen, dum concursant familia,

irae furentis impetum non sustinens

ad lectum uadit, temptat in tenebris caput.

Vt sentit tonsum, gladio pectus transigit,

nihil respiciens dum dolorem uindicet.

Lucerna adlata, simul adspexit filium

sanctamque uxorem dormientem illum prope,

sopita primo quae nil somno senserat,

representauit in se poenam facinoris

et ferro incubuit quod credulitas strinxerat.

Accusatores postularunt mulierem,

Romamque pertraxerunt ad centumuiros.

Maligna insontem deprimit suspicio,

quod bona possideat. Stant patroni fortiter

causam tuentes innocentis feminae.

A diuo Augusto tum petiere iudices

ut adiuuaret iuris iurandi fidem,

quod ipsos error implicuisset criminis.

Qui postquam tenebras dispulit calumniae

certumque fontem ueritatis repperit,

"Luat" inquit "poenas causa libertus mali;

namque orbam nato simul et priuatum uiro

miserandam potius quam damnandam existimo.

Quod si delata perscrutatus crimina

paterfamilias esset, si mendacium

subtiliter limasset, a radicibus

non euertisset scelere funesto domum."

Nil spernat auris, nec tamen credat statim,

quandoquidem et illi peccant quos minime putes,

et qui non peccant impugnantur fraudibus.

Hoc admonere simplices etiam potest,

opinione alterius ne quid ponderent.

Ambitio namque dissidens mortalium

aut gratiae subscribit aut odio suo.

Erit ille notus quem per te congnoueris.

Haec exsecutus sum propterea pluribus,

breuitate nimia quoniam quosdam offendimus.

 

CEUX QU'IL FAUT CROIRE ET CEUX QU'IL NE FAUT PAS CROIRE

Il est dangereux de croire et aussi de refuser de croire. De l'un et l'autre de ces risques je vais donner un exemple succinct. Hippolyte périt, parce qu'on crut sa belle-mère, et c'est parce qu'on ne crut pas Cassandre que succomba Ilion. Il faut donc rechercher la vérité par une longue enquête plutôt que de se hâter sottement de punir. Mais je crains que les exemples de la fable, du fait de leur antiquité, n'aient moins de poids; je vais donc te raconter une histoire qui est de mon temps. Un mari chérissait tendrement sa femme et se disposait à donner la toge virile à son fils, quand il fut pris à part, loin de tout témoin, par son affranchi qui espérait se faire instituer héritier en seconde ligne. Celui-ci inventa sur le garçon mille calomnies; il inventa encore plus d'infamies sur la conduite de la vertueuse épouse; il ajouta, sentant bien que rien ne serait plus douloureux pour sa tendresse, qu'un amant ne cessait de venir chez elle et qu'un commerce honteux souillait la réputation de sa maison. L'autre, mis en fureur par la fausse accusation portée contre son épouse, simula un voyage à sa maison de campagne; mais, à l'insu de tous, resta caché dans la ville, puis la nuit tout à coup franchit sa porte et alla tout droit à la chambre de sa femme. La mère avait voulu y faire dormir son fils maintenant grandi et qu'à cet âge elle surveillait avec plus de vigilance. Tandis que l'on cherche de la lumière, tandis que dans tous les sens courent les serviteurs, incapable de résister à l'impulsion de sa colère aveugle, il approche du lit et à tâtons dans l'obscurité cherche une tête. Dès qu'il sent des cheveux courts, d'un coup d'épée il frappe à la poitrine, en ne songeant qu'à assouvir son ressentiment. Mais, quand une lampe fut apportée, il reconnut son fils et sa chaste épouse qui dormait dans sa chambre et qui, dans l'assoupissement du premier sommeil, ne s'était aperçue de rien. Alors, sans différer d'un instant le châtiment de son crime, il se jeta sur l'épée que sa crédulité lui avait mise en main. Des accusateurs demandèrent à poursuivre l'épouse et la traînèrent à Rome devant les centumvirs. Malgré son innocence, les méchants soupçons l'accablent, parce qu'elle prend possession de l'héritage. Mais pour elle se lèvent des avocats qui défendent avec énergie la cause de l'innocente. Le divin Auguste fut alors prié par les juges de les aider à rester fidèles à leur serment, tant ils se trouvaient eux-mêmes embarrassés par les ruses de l'accusation. L'empereur dissipa les obscurités accumulées par la chicane et découvrit le point précis d'où devait jaillir la vérité : «Punissez, dit-il, l'affranchi qui est la cause de tout le mal. Quant à celle qui a perdu à la fois son fils et son mari, je la juge plus à plaindre qu'à condamner. Si sur les dénonciations apportées contre sa femme le chef de famille avait fait des recherches avec soin, s'il avait cherché avec rigueur à démêler le mensonge, il n'aurait pas par un crime funeste détruit de fond en comble sa maison.» Ne refuse d'entendre aucun témoignage, mais à aucun n'ajoute foi tout de suite : car il y a des coupables auxquels on serait loin de penser, comme il y a des innocents en butte aux traits de la perfidie. Cet exemple peut aussi avertir les naïfs de ne rien juger d'après l'opinion d'autrui. L'intérêt, qui est chez les hommes plein de contradictions, s'inspire dans ses attaques tantôt de leurs sympathies, tantôt de leurs haines. On ne connaîtra donc bien que celui qu'on aura par soi-même appris à connaître. C'est à dessein que j'ai traité ce sujet avec plus de développement, puisque ma brièveté excessive a été par certains trouvée déplaisante.

 

Commenter cet article