PHEDRE, FABLES, LIVRE IV, FABLE XIV, LE PILOTE ET LES MATELOTS

Publié le par GO

PHEDRE, FABLES, LIVRE IV, FABLE XIV, LE PILOTE ET LES MATELOTS

 

 

 

GUBERNATOR ET NAUTAE.

 

Quum de fortunis quidam quererentur suis ,
Aesopus finxit consolandi gratia :
« Vexata saevis navis tempestatibus,
Inter vectorum lacrymas et mortis metum ,
Faciem ad serenam subito mutato die ,
Ferri secundis tuta coepit flatibus,
Nimiaque Nautas hilaritate extollere.
Factus periclo tum Gubernator sophus:
« Parce gaudere oportet, et sensim queri ,
Totam quia vitam miscet dolor et gaudium. »

 

LE PILOTE ET LES MATELOTS.

 

Ésope entendant quelques personnes se plaindre de leurs malheurs, imagina, pour les consoler , cet apologue : Un navire était battu par une furieuse tempête ; les passagers en larmes n'attendaient plus que la mort, quand soudain le temps change , la sérénité renaît , et le vaisseau hors de danger est poussé par des vents favorables. Les matelots s'abandonnent aux transports d'une joie sans bornes. Mais le pilote, rendu sage par le péril , leur dit : «Il faut être modéré dans la joie comme dans la peine; car la vie tout entière est un mélange de douleurs et de plaisirs.»

 

FABULA XIV.

FABLE XIV.

GUBERNATOR ET NAUTAE.

LE PILOTE ET LES MATELOTS.

Quum quidam

Comme quelques hommes

quererentur

se plaignaient

de suis fortunis ,

de leur fortune,

Aesopus, gratia consolandi,

Esope , en vue de les consoler,

finxit :

imagina cette fable :

Navis vexata

Un vaisseau tourmenté

saevis tempestatibus,

par de cruelles tempêtes ,

inter lacrymas

au-milieu des larmes

et metum mortis

et de la crainte de la mort

vectorum,

des passagers,

die mutato subito

le jour étant changé tout-à-coup

ad faciem serenam,

vers un aspect serein,

coepit ferri tuta

commença à être porté (poussé) en-sûreté

flatibus secundis,

par des souffles favorables,

et extollere nautas

et à exalter les matelots

hilaritate nimia.

par une allégresse excessive.

Tum gubernator

Alors le pilote

factus sophus periclo :

rendu sage par le péril :

« Oportet gaudere parce ,

« Il faut se réjouir avec-modération ,

et queri sensim,

et se plaindre peu-à-peu (avec prudence),

quia dolor et gaudium

parce que la douleur et la joie

miscet vitam totam. »

mélangent (se partagent) la vie entière. »

 

Commenter cet article