PHEDRE, FABLES, LIVRE V, FABLE V, LE BOUFFON ET LE PAYSAN

Publié le par GO

PHEDRE, FABLES, LIVRE V, FABLE V, LE BOUFFON ET LE PAYSAN

 

 

 

SCURRA ET RUSTICUS.

 

Prauo fauore labi mortales solent,

Et, pro iudicio dum stant erroris sui,

Ad paenitendum rebus manifestis agi.

Facturus ludos diues quidam et nobilis

Proposito cunctos inuitauit praemio

Quam quisque posset ut nouitatem ostenderet.

Venere artifices laudis ad certamina;

Quos inter scurra, notus urbano sale,

Habere dixit se genus spectaculi

Quod in theatro nunquam prolatum foret.

Dispersus rumor ciuitatem concitat.

Paulo ante uacua turba deficiunt loca.

In scena uero postquam solus constitit

Sine apparatu, nullis adiutoribus,

Silentium ipsa fecit exspectatio.

Ille in sinum repente demisit caput

Et sic porcelli uocem est imitatus sua,

Verum ut subesse pallio contenderent

Et excuti iuberent. Quo facto simul

Nihil est repertum, multis onerant laudibus,

Hominemque plausu prosequuntur maximo.

Hoc uidit fieri rusticus : «Non mehercules

Me uincet» inquit; et statim professus est

Idem facturum melius se postridie.

Fit turba maior; iam fauor mentes tenet

Et derisuros, non spectaturos ciet.

Uterque prodit. Scurra degrunnit prior

Mouetque plausus et clamores suscitat.

Tunc simulans sese uestimentis rusticus

Porcellum obtegere (quod faciebat scilicet,

Sed, in priore quia nil compererant, latens)

Peruellit aurem uero, quem celauerat,

Et cum dolore uocem natura exprimit.

Acclamat populus scurram multo similius

Imitatum, et cogit rusticum trudi foras.

At ille profert ipsum porcellum e sinu,

Turpemque aperto pignore errorem probans :

«En hic declarat quales sitis iudices !»

 

LE BOUFFON ET LE PAYSAN

 

C'est ordinairement un parti pris de bienveillance aveugle qui fait tomber les hommes dans l'erreur et, pendant qu'ils soutiennent leur opinion erronée, ils sont amenés à s'en repentir par l'évidence des faits. Ayant à donner une fête, un homme riche et de grande naissance fit appel à tous en offrant une récompense à quiconque pourrait présenter un jeu nouveau. Des artistes vinrent participer à ce concours ouvert aux talents. Parmi eux un bouffon connu pour ses farces plaisantes dit qu'il avait à offrir un genre de spectacle qui jamais n'avait été produit sur un théâtre. Le bruit s'en répand partout et met la ville en mouvement. Alors que naguère des places restaient vides, maintenant il en manque pour la foule. Mais lorsque notre homme parut sur la scène seul, sans aucun appareil, sans personne pour l'aider, le silence se fit par l'effet même de la curiosité. Tout à coup il baissa la tête dans le pli de son manteau et imita si bien le cri du porcelet qu'on soutenait qu'il en avait réellement un sous son manteau et qu'on lui demandait de secouer son vêtement. Il le fait et, comme l'on ne trouve rien, on le couvre d'éloges et on le salue des plus vifs applaudissements. Mais cette scène avait eu pour témoin un paysan. « Par Hercule, dit celui-ci, il ne me surpassera pas. » Et aussitôt il promit de faire la même chose et mieux le lendemain. La foule fut encore plus nombreuse. L'engouement pour le premier remplit tous les esprits et c'est pour se moquer du second, non pour voir, que l'on accourt au spectacle. L'un et l'autre entrent en scène. Le bouffon grogne le premier, soulève les applaudissements et provoque les acclamations. Alors le paysan fait le geste de cacher sous son vêtement un porcelet (il le faisait effectivement, mais, comme sur le bouffon l'on n'avait rien découvert, il le faisait sans éveiller aucun soupçon), puis il tire très fort l'oreille à l'animal qu'il avait dissimulé et lui fait pousser le cri naturel qui accompagne la douleur. Le public proclame que le bouffon a imité la nature avec bien plus de vérité et fait jeter le paysan à la porte. Mais celui-ci tire de son manteau le porcelet en chair et en os et par cette preuve manifeste démontre à la foule sa honteuse erreur : « Voilà, dit-il, qui fait voir clairement quels juges vous êtes !"

 

FABULA V.

FABLE V.

SCURRA ET RUSTICUS.

LE BOUFFON ET LE PAYSAN.

Mortales solent labi

Les mortels ont-coutume de se tromper

favore pravo,

par une partialité injuste ,

et dum stant

et tandis qu'ils se tiennent

pro judicio sui erroris ,

en faveur du jugement de leur erreur,

agi ad poenitendum

ils ont coutume d'être poussés à se repentir

rebus manifestis.

par les choses évidentes (par l'évidence).

Quidam dives et nobilis,

Un homme riche et noble ,

facturus ludos,

devant-célébrer des jeux,

invitavit cunctos

invita tous

praemio proposito

par un prix proposé,

ut quisque ostenderet

à-ce-que chacun montrât

novitatem quam posset.

la nouveauté qu'il pourrait.

Artifices venere

Les artistes (les baladins) vinrent

ad certamina laudis.

à ces luttes de gloire.

Inter quos scurra,

Parmi eux un bouffon,

notus sale urbano, dixit

connu par son enjouement aimable, dit

se habere genus spectaculi

soi avoir un genre de spectacle

quod nunquam

qui jamais

prolatum foret

n'avait été porté-en-avant (mis),

in theatro.

sur le théâtre.

Rumor dispersus

Ce bruit répandu

concitat civitatem ;

excite (met en mouvement) la ville ;

loca paulo ante vacua

les places peu auparavant vides

deficiunt turbam.

manquent à la foule.

Postquam vero solus

Mais après que seul

constitit in scena,

il se tint sur la scène,

sine apparatu,

sans appareil,

nullis adjutoribus ,

nuls acteurs ne l'aidant,

exspectatio ipsa

l'attente même

fecit silentium.

fit (produisit, fit régner) le silence.

Ille repente demisit caput

Celui-ci tout-à-coup baissa la tête

in sinum,

dans son sein,

et sua,

et avec la voix sienne ,

imitatus est vocem porcelli,

il imita la voix du cochon-de-lait,

sic ut contenderent

tellement que tous soutenaient

verum subesse pallio,

qu'un vrai cochon était-sous son manteau,

et juberent excuti.

et ordonnaient le manteau être secoué.

Quo facto,

Cela ayant été fait ,

simul nihil repertum est ,

dès-que rien n'eut été trouvé,

onerant laudibus multis,

on l'accable d'éloges nombreux,

prosequunturque hominem

et on poursuit notre homme

maximo plausu.

de très-grands applaudissements.

Rusticus vidit hoc fieri :

Un paysan vit cela être fait (avoir lieu) :

« Mehercule!

« Par-Hercule !

non vincet me, inquit. »

il ne vaincra pas moi, dit-il. »

Et statim professus est

Et aussitôt il annonça

se facturum postridie

soi devoir-faire (qu'il ferait) le lendemain

idem melius.

la même chose mieux.

Turba fit major ;

La foule se fait plus-grande ;

jam favor tenet mentes ;

déjà la partialité occupe les esprits;

et sedent ,

et on s'assied (on prend place) ,

derisuri, non spectaturi.

devant-railler, non devant-regarder .

Uterque prodit :

L'un et l'autre s'avance;

scurra degrunnit prior,

le bouffon grogne le premier,

movetque plausus,

et excite des applaudissements,

et suscitat clamores.

et fait-pousser des cris.

Tunc rusticus simulans

Alors le paysan feignant

sese obtegere vestimentis

soi cacher sous ses vêtements

porcellum ,

un cochon-de-lait,

(quod faciebat scilicet ,

(ce qu'il faisait en effet,

sed latens,

mais étant caché (sans qu'on s' en doutât)

quia compererant nil

parce qu'ils n'avaient trouvé rien

in priore),

sur le premier),

pervellit aurem vero

il tire l'oreille à un véritable cochon

quem celaverat,

qu'il avait caché ,

et exprimit cum dolore .

et lui arrache avec la douleur

vocem naturae.

la voix (le cri) de la nature.

Populus acclamat scurram

Le peuple crie que le bouffon

imitatum multo similius ,

a imité beaucoup plus-véritablement ,

et cogit

et force (exige)

rusticum trudi foras.

le paysan être jeté dehors.

At ille profert e sinu

Mais celui-ci met-hors (tire) de son sein

porcellum ipsum;

le cochon-de-lait lui-même;

probansque pignore aperto

et prouvant par ce gage manifeste

turpem errorem :

leur honteuse erreur :

« En hic declarat

« Voilà-que celui-ci déclare

quales judices sitis ! »

quels juges vous êtes ! »

 

Commenter cet article