PHEDRE, FABLES, LIVRE V, FABLE VII, LE PRINCE JOUEUR DE FLUTE

Publié le par GO

PHEDRE, FABLES, LIVRE V, FABLE VII, LE PRINCE JOUEUR DE FLUTE

 

 

 

Princeps Tibicen.

 

Vbi uanus animus aura captus friuola

arripuit insolentem sibi fiduciam,

facile ad derisum stulta leuitas ducitur.

Princeps tibicen notior paulo fuit,

operam Bathyllo solitus in scaena dare.

Is forte ludis, non satis memini quibus,

dum pegma rapitur, concidit casu graui

necopinus et sinistram fregit tibiam,

duas cum dextras maluisset perdere.

Inter manus sublatus et multum gemens

domum refertur. Aliquot menses transeunt,

ad sanitatem dum uenit curatio.

Vt spectatorum molle est et lepidum genus,

desiderari coepit, cuius flatibus

solebat excitari saltantis uigor.

Erat facturus ludos quidam nobilis.

Is, ut incipiebat Princeps ad baculum ingredi,

perducit pretio precibus ut tantummodo

ipso ludorum ostenderet sese die.

Qui simul aduenit, rumor de tibicine

fremit in theatro: quidam adfirmant mortuum,

quidam in conspectum proditurum sine mora.

Aulaeo misso, deuolutis tonitribus,

di sunt locuti more translaticio. {- - -}

Tunc chorus ignotum modo reducto canticum

insonuit, cuius haec fuit sententia:

LAETARE INCOLVMIS ROMA SALVO PRINCIPE.

In plausus consurrectum est. Iactat basia

tibicen; gratulari fautores putat.

Equester ordo stultum errorem intellegit

magnoque risu canticum repeti iubet.

Iteratur illud. Homo meus se in pulpito

totum prosternit. Plaudit inludens eques;

rogare populus hunc choro ueniam aestimat.

Vt uero cuneis notuit res omnibus,

Princeps, ligato crure niuea fascia,

niueisque tunicis, niueis etiam calceis,

superbiens honore diuinae domus,

ab uniuersis capite est protrusus foras.

 

LE JOUEUR DE FLUTES PRINCE

 

Quand un esprit vain pris par le vent de la popularité inconstante s'est gonflé d'une présomption insolente, il en vient aisément par sa sotte légèreté à tomber dans le ridicule. Le joueur de flûtes Prince était généralement assez connu, ayant l'habitude d'accompagner sur la scène le pantomime Bathylle. Il arriva que ce flûtiste, au cours de je ne sais plus quelle fête, pendant qu'on enlevait rapidement un décor, fit une chute grave par mégarde et se cassa la jambe (tibia) gauche. Il eût mieux aimé casser ses deux flûtes (tibiæ) droites. Enlevé à bras d'hommes et poussant de grands gémissements, il est porté chez lui. Quelques mois se passent pendant que la guérison s'opère grâce aux soins donnés. Les specta- teurs, en gens sensibles et qui aiment à s'amuser, com- mencèrent à réclamer celui dont les airs stimulaient d'habitude l'énergie du danseur. Un citoyen de haute naissance devait donner une fête. Comme Prince commençait de nouveau à marcher, ce personnage obtint, à force de prières et d'argent, qu'il vint, ne fût-ce que pour se montrer, le jour même des jeux. Ce jour-là, des propos divers sur le joueur de flûtes se murmurent dans le théâtre. Certains affirment qu'il est mort, d'autres qu'il va se présenter sur la scène tout à l'heure. Le rideau est baissé et, quand le tonnerre eut roulé, les dieux parlèrent selon l'usage consacré. Alors le choeur fit entendre un chant qui était inconnu du joueur de flûtes à peine de retour et qui contenait cette phrase : « Réjouis-toi, Rome sauvée par le salut de ton prince ! » On se lève pour applaudir. Le joueur de flûtes lance des baisers : ce sont, pense-t-il, des félicitations de ses partisans. L'ordre équestre se rend compte de sa sotte méprise et, avec de grands éclats de rire, fait répéter le chant. On le recommence. Notre homme de se prosterner de tout son long sur les planches et les chevaliers d'applaudir en se moquant de lui. Le peuple pense qu'il sollicite une couronne. Mais quand la réalité fut connue dans toutes les travées du théâtre, Prince, malgré sa jambe encore enveloppée de bandes blanches, malgré ses tuniques blanches et ses souliers blancs, tout fier (l'un hommage destiné à la divine famille impériale, fut, au commandement unanime des spectateurs, brutalement jeté dehors.

 

FABULA VII.

FABLE VII.

PRINCEPS TIBICEN.

LE PRINCE JOUEUR DE FLUTE.

Ubi animus vanus,

Quand un esprit vain (superbe),

captus aura frivola

séduit par un vent (une gloire) frivole

arripuit sibi

a arrogé à soi

fiduciam insolentem ,

une confiance insolente ,

stulta levitas

sa sotte vanité

ducitur facile

est conduite (menée) facilement

ad derisum.

vers la dérision.

Princeps tibicen

Le prince joueur-de-flûte

paulo notior,

un peu bien-connu (assez connu),

solitus fuit in scena

avait eu (avait) coutume sur la scène

dare operam Bathyllo.

de donner (prêter) son secours à Bathylle.

Forte ludis

Par hasard dans des jeux

(non memini satis

(je ne me souviens pas assez (pas bien)

quibus),

dans lesquels),

dum pegma rapitur,

tandis qu'une machine est enlevée,

is concidit casu gravi ,

il (Le prince) tomba par une chute grave

nee opinans,

ne-s'en-doutant-pas (à son insu),

et fregit tibiam sinistram ,

et brisa son tibia gauche ,

quum maluisset

tandis qu'il aurait-mieux-aimé

perdere duas dextras.

perdre ses deux flûtes droites .

Sublatus inter manus,

Enlevé entre les mains (à bras),

et gemens multum ,

et gémissant beaucoup ,

refertur domum.

il est reporté à la maison (chez lui).

Aliquot menses transeunt ,

Quelques mois se passent

dum curatio

jusqu'à-ce-que la cure

venit ad sanitatem.

vienne à guérison.

Ut mos spectatorum est ,

Comme l'usage des spectateurs est,

et genus lepidum ,

et comme cette espèce est aimable ,

flatibus cujus

celui par les accords de qui

vigor saltantis

la vigueur (l'agilité) du dansant

solebat excitari,

avait coutume d'être animée,

coepit desiderari.

commença à être regretté.

Quidam nobilis

Un citoyen noble

facturus erat ludos,

devait célébrer des jeux ,

et Princeps rursum

et Le prince de nouveau

incipiebat ingredi.

commençait à marcher.

Adducit pretio, precibus,

Il l'amène à prix d'argent , par les prières,

ut ostenderet sese

à-ce-qu'il montrât lui-même

tantummodo

seulement

die ipso ludorum.

le jour même des jeux.

Simul qui advenit ,

Dès-que ce jour arriva ,

rumor de tibicine

une rumeur sur le joueur-de-flûte

fremit in theatro :

frémit (circule) dans le théâtre :

quidam

quelques-uns

affirmant mortuum ,

affirment lui mort ,

quidam proditurum

quelques-uns lui devoir-s' avancer

sine mora in conspectum.

sans retard en présence du public.

Aulaeo misso,

La toile étant baissée ,

tonitrubus devolutis,

les tonnerres ayant été roulés,

di locuti sunt

les dieux parlèrent

more translatitio.

suivant l'usage transmis des Grecs.

Tunc chorus imposuit

Alors le chœur imposa (chanta)

canticum ignotum

un hymne inconnu

reducto modo,

à Le prince revenu depuis-peu,

cujus sententia fuit haec :

et dont le sens était celui-ci :

« Laetare , Roma ,

« Réjouis-toi, Rome,

incolumis principe salvo. »

saine-et-sauve , le prince étant sauvé. »

Consurrectum est

On se leva

in plausus.

pour les applaudissements.

Tibicen jactat basia ,

Le joueur-de-flûte lance des baisers,

putat fautores gratulari.

il pense que ses partisans le félicitent.

Ordo equester

L'ordre équestre

intelligit stultum errorem,

comprend sa sotte erreur,

magnoque risu

et avec un grand rire (de grands rires)

jubet canticum repeti.

il ordonne l'hymne être recommencé.

Illud iteratur.

Celui-là (il) est recommencé.

Meus homo prosternit se

Mon homme prosterne soi

totum in pulpito ;

tout-de-son-long sur l'avant-scène ;

eques

le chevalier (les chevaliers) ,

illudens plaudit :

se raillant de lui , applaudit ;

populus existimat

le peuple pense

hunc rogare coronam .

qu'il demande une couronne.

Ut vero res

Mais dès-que la chose

notuit omnibus cuneis,

devint-notoire pour tous les gradins,

Princeps,

Le prince ,

crure ligato,

sa jambe étant entourée-de-ligatures ,

fascia nivea ,

sa bandelette blanche-comme-neige,

tunicisque niveis ,

et sa tunique blanche ,

calceis etiam nïveis,

et ses chaussures aussi blanches,

superbiens honore

s'enorgueillissant de l'honneur

domus divinae ,

de la maison divine (impériale) ,

protrusus est foras

fut poussé-en-avant dehors

capite

par la tête (la tête la première)

ab universis.

par tout le monde.

 

Commenter cet article