CORNELIUS NEPOS, VIES DES GRANDS CAPITAINES, AGESILAS, CHAP. I

Publié le par GO

CORNELIUS NEPOS, VIES DES GRANDS CAPITAINES, LIVRE I, AGESILAS, CHAP. I

 

 

 

AGESILAUS Lacedaemonius cum a ceteris scriptoribus tum eximie a Xenophonte Socratico collaudatus est; eo enim usus est familiarissime. Hic primum de regno cum Leotychide, fratris filio, habuit contentionem. Mos erat enim a maioribus Lacedaemoniis traditus, ut duos haberent semper reges, nomine magis quam imperio, ex duabus familiis Procli et Eurysthenis, qui principes ex progenie Herculis Spartae reges fuerunt. Horum ex altera in alterius familiae locum fieri non licebat. Ita utraque suum retinebat ordinem. Primum ratio habebatur, qui maximus natu esset ex liberis eius, qui regnans decessisset; sin is uirilem sexum non reliquisset, tum deligebatur, qui proximus esset propinquitate. Mortuus erat Agis rex, frater Agesilai. Filium reliquerat Leotychidem, quem ille natum non agnorat; eundem moriens suum esse dixerat. Is de honore regni cum Agesilao, patruo suo, contendit neque id, quod petiuit, consecutus est. Nam Lysandro suffragante, homine, ut ostendimus supra, factioso et his temporibus potente, Agesilaus antelatus est.

 

Le Lacédémonien Agésilas a été loué par tous les historiens ; il l’a été surtout d’une manière particulière par Xénophon, le disciple de Socrate, avec lequel il vivait très familièrement. Il disputa d’abord le trône à Léotychide, fils de son frère. C’était une coutume transmise aux Lacédémoniens par leurs ancêtres, qu’ils eussent toujours deux rois, qui en avaient le nom plus que l’autorité, tirés des deux familles de Proclès et d’Eurysthène, princes de la race d’Hercule qui furent les premiers rois de Sparte. Il n’était pas permis de remplacer l’une de ces deux familles par l’autre, en sorte que chacune conservait son rang de succession. On avait premièrement égard à l’ordre de la naissance, et l’on prenait pour roi l’aîné des fils du prince qui était mort sur le trône. S’il n’avait point laissé d’enfant mâle, alors le plus proche parent était choisi. Le roi Agis, frère d’Agésilas, avait laissé pour fils Léotychide, qu’il n’avait point reconnu de son vivant, mais qu’en mourant il avait avoué. Léotychide disputa l’honneur de la royauté à Agésilas, son oncle paternel ; mais il échoua : car, par la faveur de Lysandre, homme factieux, comme nous l’avons dit ci-dessus, et puissant en ce temps-là, Agésilas fut préféré.

 

AGESILAUS.

AGÉSILAS.

I. Agesilaus

I. Agésilas,

Lacedaemonius,

Lacédémonien,

collaudatus est

a été loué

quum a ceteris scriptoribus,

et par tous-les-autres historiens,

tum eximie

et particulièrement

a Xenophonte Socratico :

par Xénophon disciple de-Socrate :

usus est enim eo

car il se servit de (eut commerce avec) lui

familiarissime.

très-familièrement.

Hic primum

Celui-ci d'abord

habuit contentionem

eut une dispute

de regno

au-sujet-de la royauté

cum Leotychide,

avec Leotychide,

filio fratris.

fils de son frère.

Mos enim

En effet cette coutume

traditus erat Lacedaemoniis

avait été transmise aux Lacédémoniens

a majoribus,

par leurs ancêtres,

ut haberent semper

qu'ils eussent toujours

duos reges,

deux rois,

nomine

de titre

magis quam imperio,

plus que d'autorité,

ex duabus familiis

des deux familles

Proclis et Eurysthenis,

de Proclès et d'Eurysthène,

qui principes,

qui les premiers,

ex progenie Herculis,

issus de la race d'Hercule,

fuerunt reges Spartae.

furent rois à Sparte.

Non licebat

Il n'était pas permis

fieri

quelqu'un être fait roi

ex altera harum

de l'une de ces familles

in locum alterius familiae :

à la place de l'autre famille :

itaque utraque

en-conséquence l'une-et-1'autre

tenebat suum ordinem.

gardait son rang d'hérédité.

Primum ratio habebatur

D'abord compte était tenu (on examinait)

qui esset maximus natu

qui était le plus grand (ancien) par la naissance

ex liberis

des enfants

ejus qui decessisset

de celui qui était mort

regnans;

régnant ;

sin is non reliquisset

mais-si celui-ci n'avait pas laissé

sexum virilem,

d'enfant du sexe masculin,

tum qui esset proximus

alors celui qui était le plus proche

propinquitate

par la parenté

deligebatur.

était choisi.

Rex Agis,

Le roi Agis,

frater Agesilai,

frère d'Agésilas,

mortuus erat :

était mort :

reliquerat filium,

il avait laissé pour fils

Leotychidem,

Léotychide,

quem ille

que celui-là

non agnorat natum,

n'avait pas reconnu né (à sa naissance).

moriens dixerat

mais en mourant il avait dit

eumdem esse suum.

le même être à-lui.

Is contendit

Celui-ci lutta

de honore regni

au-sujet-de l'honneur de la royauté

cum Agesilao

avec Agésilas

suo patruo ;

son oncle ;

neque consecutus est

et il n'obtint pas

id quod petivit:

ce qu'il demanda :

nam Lysandro,

car Lysandre,

homine factioso

homme factieux

et potente his temporibus,

et puissant en ces temps-là,

ut ostendimus supra,

comme nous l'avons montré ci-dessus,

suffragante,

donnant-son-suffrage,

Agesilaus antelatus est.

Agésilas fut préféré.

 

Commenter cet article