CORNELIUS NEPOS, VIES DES GRANDS CAPITAINES, AGESILAS, CHAP. VII

Publié le par GO

CORNELIUS NEPOS, VIES DES GRANDS CAPITAINES, AGESILAS, CHAP. VII

 

 

 

Sine dubio post Leuctricam pugnam Lacedaemonii se numquam refecerunt neque pristinum imperium recuperarunt, cum interim numquam Agesilaus destitit, quibuscumque rebus posset, patriam iuuare. Nam cum praecipue Lacedaemonii indigerent pecunia, ille omnibus, qui a rege defecerant, praesidio fuit; a quibus magna donatus pecunia patriam subleuauit. Atque in hoc illud in primis fuit admirabile, cum maxima munera ei ab regibus ac dynastis ciuitatibusque conferrentur, quod nihil umquam domum suam contulit, nihil de uictu, nihil de uestitu Laconum mutauit. Domo eadem fuit contentus, qua Eurysthenes, progenitor maiorum suorum, fuerat usus; quam qui intrarat, nullum signum libidinis, nullum luxuriae uidere poterat, contra ea plurima patientiae atque abstinentiae: sic enim erat instructa, ut in nulla re differret cuiusuis inopis atque priuati.

 

Il est certain que jamais, après la défaite de Leuctres, les Lacédémoniens ne purent se relever ni recouvrer leur ancienne prééminence ; cependant Agésilas ne cessa jamais d’aider sa patrie de tout son pouvoir. Les Lacédémoniens manquaient surtout d’argent ; il donna son appui à tous ceux qui se détachaient du roi de Perse, et consacra à soulager sa patrie avec les sommes considérables qu’il reçut d’eux. Un des traits les plus admirables de son caractère, c’est que, tandis que les rois, les gouverneurs et les villes le comblaient de présents magnifiques, il ne prit jamais rien pour lui et ne changea rien ni à la manière de vivre ni aux vêtements des Spartiates. II se contenta de la maison qu’avait habitée Eurysthène, l’auteur de sa race ; on n’y voyait en entrant rien qui annonçât le luxe ou le plaisir ; tout, au contraire, y témoignait la patience et la frugalité. Elle était en effet meublée de telle sorte que rien ne la distinguait de l’habitation du plus pauvre particulier.

 

VII. Sine dubio

VII. Sans doute

post pugnam Leuctricam

après la bataille de-Leuctres

Lacedaemonii

les Lacédémoniens

se refecerunt nunquam,

ne se rétablirent jamais,

quum interim

lorsque (et) cependant

Agesilaus non destitit

Agésilas ne cessa pas

juvare patriam

d'aider sa patrie

quibuscumque rebus

par tous les moyens

posset.

qu'il pouvait.

Nam quum Lacedaemonii

Car comme les Lacédémoniens

indigerent praecipue

manquaient surtout

pecunia,

d'argent,

ille fuit praesidio

celui-là fut à appui (donna son appui)

omnibus qui defecerant

à tous ceux qui s'étaient détachés

a rege;

du roi de Perse ;

a quibus donatus

par lesquels gratifié

magna pecunia,

d'une grande somme-d'argent,

sublevavit patriam.

il soulagea sa patrie.

Atque in hoc

Et en celui-ci

illud imprimis

cela surtout

fuit admirabile :

fut admirable :

quum maxima munera

bien que de très-grands présents

conferrentur ei

fussent apportés à lui

ab regibus et dynastis

par des rois et des dynastes

civitatibusque,

et des cités,

contulit nihil unquam

il n'en transporta rien jamais

in suam domum ;

dans sa maison ;

mutavit nihil de victu,

il ne changea rien au régime,

nihil de vestitu

rien au costume

Lacedaemoniorum.

des Lacédémoniens.

Fuit contentus eadem domo

Il fut content de la même maison

qua Eurysthenes,

de laquelle Eurysthène,

progenitor

premier-auteur

suorum majorum,

de ses ancêtres,

usus fuerat :

s'était servi :

quam qui intrarat

dans laquelle celui qui était entré

poterat videre

ne pouvait voir

nullum signum libidinis,

aucun signe de dérèglement,

nullum luxuriae ;

aucun de luxe ;

contra ea,

mais contrairement-à cela,

plurima

des signes très-nombreux

patientiae

de patience

atque abstinentiae :

et de continence :

erat enim instructa sic

elle était en effet meublée de-telle-sorte

ut in nulla re differret

que sur aucun point elle ne différait

a cujusvis

de la maison d'un citoyen quelconque

inopis atque privati.

pauvre et simple-particulier.

 

Commenter cet article