CORNELIUS NEPOS, VIES DES GRANDS CAPITAINES, DES ROIS, CHAP. II

Publié le par GO

CORNELIUS NEPOS, VIES DES GRANDS CAPITAINES, DES ROIS, CHAP. II

 

 

 

Ex Macedonum autem gente duo multo ceteros antecesserunt rerum gestarum gloria: Philippus, Amyntae filius, et Alexander Magnus. Horum alter Babylone morbo consumptus est: Philippus Aegiis a Pausania, cum spectatum ludos iret, iuxta theatrum occisus est. Unus Epirotes, Pyrrhus, qui cum populo Romano bellauit. Is cum Argos oppidum oppugnaret in Peloponneso, lapide ictus interiit. Unus item Siculus, Dionysius prior. Nam et manu fortis et belli peritus fuit et, id quod in tyranno non facile reperitur, minime libidinosus, non luxuriosus, non auarus, nullius denique rei cupidus nisi singularis perpetuique imperii ob eamque rem crudelis. Nam dum id studuit munire, nullius pepercit uitae, quem eius insidiatorem putaret. Hic cum uirtute tyrannidem sibi peperisset, magna retinuit felicitate. Maior enim annos LX natus decessit florente regno neque in tam multis annis cuiusquam ex sua stirpe funus uidit, cum ex tribus uxoribus liberos procreasset multique ei nati essent nepotes.

 

De la nation des Macédoniens, deux rois ont précédé de beaucoup tous les autres par la gloire de leurs exploits : Philippe, fils d’Amyntas, et Alexandre le Grand. L’un d’eux mourut de maladie à Babylone ; Philippe fut tué à Égée par Pausanias, comme il allait assister aux jeux. Le seul roi célèbre d’Épire fut Pyrrhus, qui fit la guerre avec les Romains. Pendant qu’il assiégeait la ville d’Argos, dans le Péloponnèse, il périt, frappé d’un coup de pierre. Il y en eut de même un seul de Sicile, le premier Denys. Il fut, en effet, brave, savant dans la guerre ; et, ce qui ne se trouve pas facilement dans un tyran, point débauché, point présomptueux, point avare. Enfin il ne connut point de passion, hors celle de gouverner seul et toujours ; et, pour cette raison, il fut cruel. Car, en s’appliquant à affermir sa domination, il n’épargna la vie d’aucun de ceux qu’il soupçonnait de lui dresser des embûches. Ce prince, après s’être acquis la tyrannie par son courage, la retint avec un grand bonheur, et mourut âgé de plus de soixante ans, au sein d’un royaume florissant. Dans un espace de tant d’années, il ne vit la mort d’aucune personne de sa race, quoiqu’il eût eu des enfants de trois femmes, et qu’il lui fût né beaucoup de petit-fils.

 

II. Ex genere autem

II. Mais de la race

Macedonum

des Macédoniens

duo antecesserunt multo

deux rois surpassèrent de beaucoup

ceteros

tous-les-autres

gloria rerum gestarum :

par la gloire des actions accomplies :

Philippus, filius Amyntae,

Philippe, fils d'Amyntas,

et Alexander Magnus.

et Alexandre le Grand.

Alter horum

L'un de ceux-ci

consumptus morbo

fut enlevé par une maladie

Babylone ;

à Babylone ;

Philippus occisus est Aegis

Philippe fut tué à Égée

juxta theatrum

auprès du théâtre

a Pausania,

par Pausanias,

quum iret spectatum ludos.

comme il allait voir les jeux.

Unus Epirotes,

Un-seul roi d'-Épire se distingua,

Pyrrhus,

Pyrrhus,

qui bellavit

qui fit-la-guerre

cum populo Romano.

avec le peuple romain.

Is, quum oppugnaret

Celui-ci, comme il assiégeait

oppidum Argos

la ville d'Argos

in Peloponneso,

dans le Péloponèse,

interiit ictus lapide.

périt frappé d'une pierre.

Item unus Siculus,

De même un-seul roi de-Sicile,

Dionysius prior :

Denys l'ancien :

nam fuit et fortis manu

car il fut et brave par le bras

et peritus belli,

et expérimenté dans la guerre,

et (quod in tyranno

et (ce qui dans un tyran

non reperitur facile)

ne se trouve pas facilement)

minime libidinosus,

point dissolu,

non luxuriosus,

pas ami-du-luxe,

non avarus,

pas avare,

denique cupidus

enfin n'étant ambitieux

nullius rei

d'aucune chose

nisi imperii singularis

sinon d'une autorité unique (absolue)

perpetuique,

et perpétuelle,

ob eamque rem crudelis :

et pour ce fait cruel :

nam, dum studuit

car, tant qu'il s'appliqua

munire id,

à fortifier (affermir) cette autorité,

pepercit vitae nullius

il n'épargna la vie d'aucun homme

quem puturet

qu'il pouvait croire

insidiatorem ejus.

tendant-des-embûches a cette autorité.

Quum hic

Après que celui-ci

peperisset sibi tyrannidem

se fut acquis la tyrannie

virtute,

par son mérite,

retinuit

il la conserva

magna felicitate ;

avec un grand bonheur ;

natusque major

et devenu plus âgé

sexaginta annos,

que soixante ans,

decessit

il mourut

regno florente.

son royaume étant-florissant.

Neque, in annis

Et, dans des années

tam multis,

si nombreuses,

vidit funus

il ne vit pas les funérailles

cujusquam ex sua stirpe,

de qui-que-ce-fût de sa race,

quum procreasset liberos

bien qu'il eût engendré des enfants

ex tribus uxoribus,

de trois épouses,

multique nepotes

et que de nombreux petits-fils

nati essent ei.

fussent nés à lui.

 

Commenter cet article