CORNELIUS NEPOS, VIES DES GRANDS CAPITAINES, AMILCAR, CHAP. IV

Publié le par GO

CORNELIUS NEPOS, VIES DES GRANDS CAPITAINES, AMILCAR, CHAP. IV

 

 

 

At Hamilcar posteaquam mare transiit in Hispaniamque uenit, magnas res secunda gessit fortuna; maximas bellicosissimasque gentes subegit; equis, armis, uiris, pecunia totam locupletauit Africam. Hic cum in Italiam bellum inferre meditaretur, nono anno, postquam in Hispaniam uenerat, in proelio pugnans aduersus Vettones occisus est. Huius perpetuum odium erga Romanos maxime concitasse uidetur secundum bellum Poenicum. Namque Hannibal, filius eius, assiduis patris obtestationibus eo est perductus, ut interire quam Romanos non experiri mallet.

 

Après qu’Hamilcar eut passé la mer, et qu’il fut arrivé en Espagne, il y fit de grands exploits, avec l’aide de la fortune : il soumit des nations très puissantes et très belliqueuses ; il enrichit toute l’Afrique de chevaux, d’armes et d’argent. Comme il méditait de porter la guerre en Italie, la neuvième année après qu’il était venu en Espagne, il fut tué en se battant contre les Vettons. Sa haine perpétuelle contre les Romains paraît avoir principalement suscité la seconde guerre punique ; car Hannibal son fils, grâce aux instances continuelles de son père, en vint à mieux aimer périr que de ne pas se mesurer avec les Romains.

 

IV. At Amilcar,

IV. Cependant Amilcar,

posteaquam transiit mare

après qu'il eut passé la mer

venitque in Hispaniam,

et fut arrivé en Espagne,

gessit magnas res

fit de grandes choses

fortuna secunda ;

avec une fortune favorable ;

subegit

il soumit

gentes maximas

les nations les plus grandes

bellicosissimasque ;

et les plus belliqueuses ;

locupletavit Africam totam

il enrichit l'Afrique tout-entière

equis, armis,

de chevaux, d'armes,

viris, pecunia.

d'hommes, d'argent.

Quum hic meditaretur

Comme celui-ci méditait

inferre bellum in Italiam,

de porter la guerre en Italie,

nono anno

la neuvième année

postquam venerat

après qu'il était venu

in Hispaniam,

en Espagne,

occisus est in proelio,

il fut tué dans une bataille,

pugnans

en combattant

adversus Vettones.

contre les Vettons.

Odium perpetuum hujus

La haine persévérante de celui-ci

erga Romanos

envers les Romains

videtur maxime concitasse

paraît surtout avoir soulevé

secundum bellum Punicum:

la seconde guerre punique :

namque Annibal,

car Annibal,

filius ejus,

fils de lui,

perductus est

fut amené

obstestationibus assiduis

par les instances continuelles

patris

de son père

eo ut mallet interire

à-ce-point qu'il aimât-mieux périr

quam non experiri

que de ne point mettre-à-l'épreuve

Romanos.

les Romains.

 

Commenter cet article