CORNELIUS NEPOS, VIES DES GRANDS CAPITAINES, ANNIBAL, CHAP. I

Publié le par GO

CORNELIUS NEPOS, VIES DES GRANDS CAPITAINES, ANNIBAL, CHAP. I

 

 

 

HANNIBAL, Hamilcaris filius, Carthaginiensis. Si uerum est, quod nemo dubitat, ut populus Romanus omnes gentes uirtute superarit, non est infitiandum Hannibalem tanto praestitisse ceteros imperatores prudentia, quanto populus Romanus antecedat fortitudine cunctas nationes. Nam quotienscumque cum eo congressus est in Italia, semper discessit superior. Quod nisi domi ciuium suorum inuidia debilitatus esset, Romanos uidetur superare potuisse. Sed multorum obtrectatio deuicit unius uirtutem. Hic autem uelut hereditate relictum odium paternum erga Romanos sic conseruauit, ut prius animam quam id deposuerit, qui quidem, cum patria pulsus esset et alienarum opum indigeret, numquam destiterit animo bellare cum Romanis.

 

Hannibal, fils d’Hamilcar, était Carthaginois. S’il est vrai, ce dont personne ne doute, que le peuple romain ait surpassé tous les peuples en valeur, on ne doit point nier qu’Hannibal n’ait autant excellé en prudence et en habileté par-dessus tous les autres capitaines, que le peuple romain devançait en courage toutes les nations. Car, toutes les fois qu’Hannibal en est venu aux mains avec lui, il est toujours sorti vainqueur du combat. Que s’il n’avait pas été affaibli chez lui par l’envie de ses concitoyens, il semble qu’il aurait pu vaincre les Romains. Mais la jalousie d’un grand nombre triompha du mérite d’un seul. Héritier de la haine de son père pour Rome. il y resta si fidèle qu’il mourut avant d’y renoncer ; au point qu’ayant été chassé de sa patrie, et ayant besoin de secours étrangers, il ne cessa jamais de nourrir des projets de guerre contre les Romains.

 

ANNIBAL.

ANNIBAL.

I. Annibal,

I. Annibal,

filius Amilcaris,

fils d'Amilcar,

Carthaginiensis.

Carthaginois.

Si est verum,

S'il est vrai,

quod nemo dubitat,

ce dont personne ne doute,

ut populus Romanus

que le peuple romain

superarit virtute

ait surpassé en valeur

omnes gentes,

toutes les nations,

non infitiandum est

il ne faut pas nier

Annibalem

Annibal

praestitisse tanto prudentia

l'avoir emporté autant en habileté

ceteros imperatores

sur tous-les-autres généraux

quanto populus Romanus

que le peuple romain

antecedat fortitudine

est-supérieur en bravoure

cunctas nationes :

à tous les peuples :

nam, quotiescumque

car, toutes-les-fois-que

congressus est cum eo

il (Annibal) en-vint-aux-mains avec lui

in Italia,

en Italie,

semper discessit superior.

toujours il se retira vainqueur.

Quod nisi debilitatus esset

Que s'il n'avait été affaibli

domi

à l'intérieur

invidia suorum civium,

par l'envie de ses concitoyens,

videretur potuisse

il paraîtrait avoir pu

superare Romanos :

vaincre les Romains :

sed obtrectatio multorum

mais le dénigrement d'un grand-nombre

devicit virtutem unius.

vainquit le mérite d'un-seul.

Hic autem conservavit sic

Or celui-ci garda à-tel-point

odium paternum

la haine de-son-père

erga Romanos,

envers les Romains,

velut relictum hereditate,

comme laissée en héritage,

ut deposuerit animam

qu'il quitta la vie

priusquam id :

avant que de quitter cette haine :

qui quidem,

lui qui à la vérité,

quum pulsus esset patria

lorsqu'il avait été chassé de sa patrie

et indigeret

et avait-besoin

opum alienarum,

des secours d'-autrui,

nunquam destiterit

jamais ne cessa

bellare animo

de faire-la-guerre en pensée

cum Romanis.

avec les Romains.

 

Commenter cet article