CORNELIUS NEPOS, VIES DES GRANDS CAPITAINES, ANNIBAL, CHAP. XIII

Publié le par GO

CORNELIUS NEPOS, VIES DES GRANDS CAPITAINES, ANNIBAL, CHAP. XIII

 

 

 

Sic uir fortissimus, multis uariisque perfunctus laboribus, anno acquieuit septuagesimo. Quibus consulibus interierit, non conuenit. Namque Atticus M- Claudio Marcello Q- Fabio Labeone consulibus mortuum in annali suo scriptum reliquit, at Polybius L- Aemilio Paulo Cn- Baebio Tamphilo, Sulpicius autem Blitho P- Cornelio Cethego M- Baebio Tamphilo. Atque hic tantus uir tantisque bellis districtus nonnihil temporis tribuit litteris. Namque aliquot eius libri sunt, Graeco sermone confecti, in his ad Rhodios de Cn- Manlii Volsonis in Asia rebus gestis. Huius belli gesta multi memoriae prodiderunt, sed ex his duo, qui cum eo in castris fuerunt simulque uixerunt, quamdiu fortuna passa est, Silenus et Sosylus Lacedaemonius. Atque hoc Sosylo Hannibal litterarum Graecarum usus est doctore. Sed nos tempus est huius libri facere finem et Romanorum explicare imperatores, quo facilius collatis utrorumque factis, qui uiri praeferendi sint, possit iudicari.

 

C’est ainsi que cet homme courageux, après tant de travaux divers, trouva le repos à l’âge de soixante-dix ans. On ne convient point sous quels consuls il mourut. Car Atticus, dans ses Annales, écrit que ce fut sous le consulat de Marcus Claudius Marcellus et de Quintus Fabius Labéon. Mais Polybe dit que ce fut sous celui de Lucius Émilius Paulus et de Cnéius Bébius Tamphilus, et Sulpicius, sous celui de Publius Cornélius Céthégus et de Marcus Bébius Tamphilus. Ce grand homme, au milieu de guerres si importantes, s’adonna quelque temps aux lettres. On a de lui quelques livres écrits en langue grecque. Parmi eux est celui adressé aux Rhodiens, sur les expéditions de Cnéius Manlius Vulson en Asie. Plusieurs historiens ont transmis à la postérité les guerres qu’il a faites ; principalement deux qui habitèrent les camps et vécurent avec lui, tant que la fortune le permit : Silène et Sosile de Lacédémone. Hannibal eut même ce Sosile pour maître de lettres grecques. Mais il est temps, présent, de finir le premier livre, relatif aux capitaines grecs, et d’exposer les vies des capitaines romains, afin que, des actions des uns et des autres comparées, on puisse plus facilement juger quels sont ceux qu’on doit préférer.

 

XIII. Sic vir fortissimus,

XIII. Ainsi cet homme très-brave,

perfunctus laboribus

s'étant acquitté de travaux

multis variisque,

nombreux et variés,

acquievit

se reposa (mourut)

septuagesimo anno.

dans sa soixante-dixième année.

Non convenit

Il n'y a-pas-d'accord sur ce point,

quibus consulibus

savoir sous quels consuls

interierit :

il mourut :

namque Atticus

car Atticus

reliquit scriptum

a laissé écrit

in suo annali

dans son livre-d'annales

mortuum

lui être mort

M. Claudio Marcello,

M. Claudius Marcellus

Q. Fabio Labeone

et Q. Fabius Labéon

consulibus ;

étant consuls ;

at Polybius,

mais Polybe,

L. Aemilio Paulo

L. Émilius Paulus

et Cn. Baebio Tamphilo ;

et Cn. Bébius Tamphilus étant consuls;

Sulpicius autem,

Sulpicius d'autre-part,

P. Cornelio Cethego

P. Cornélius Céthégus

et M. Baebio Tamphilo.

et M. Bébius Tamphilus étant consuls.

Atque hic vir tantus,

Et cet homme si-grand,

distractusque

et distrait de l'étude

tantis bellis,

par de si-grandes guerres,

tribuit litteris

accorda aux lettres

nonnihil temporis :

un peu de temps :

namque sunt

car il existe

aliquot libri ejus,

quelques livres de lui,

confecti sermone Graeco;

faits (écrits) en langue grecque;

in his,

parmi ceux-ci,

ad Rhodios

un ouvrage adressé aux Rhodiens

de rebus gestis

sur les actions accomplies (les campagnes)

Cn. Manlii Vulsonis

de Cn. Manlius Vulson

in Asia.

en Asie.

Multi

De nombreux historiens

prodiderunt memoriae

ont transmis à la mémoire

bella gesta ejus ;

les guerres faites de (par) lui ;

sed ex his

mais entre ces historiens

duo qui fuerunt cum eo

deux qui furent avec lui

in castris,

dans les camps,

vixeruntque simul

et vécurent ensemble (avec lui)

quandiu fortuna passa est,

tant que la fortune le permit,

Silenus

Silène

et Sosilus Lacedaemonius ;

et Sosile le Lacédémonien ;

atque Annibal

et Annibal

usus est hoc Sosilo

se servit de (eut) ce Sosile

doctore

pour maître

litterarum Graecarum.

de littérature grecque.

Sed est tempus

Mais il est temps

nos facere finem

nous faire la fin de (que nous terminions)

hujus libri,

ce livre,

et explicare

et développer

imperatores Romanorum,

les généraux des Romains,

quo, factis utrorumque

afin que, les actions des-uns-et-des-autres

collatis,

ayant été comparées,

possit judicari facilius

il puisse être jugé plus facilement

qui viri praeferendi sint.

quels hommes doivent être préférés.

 

Commenter cet article