CORNELIUS NEPOS, VIES DES GRANDS CAPITAINES, CATON, CHAP. II

Publié le par GO

CORNELIUS NEPOS, VIES DES GRANDS CAPITAINES, CATON, CHAP. II

 

 

 

Consulatum gessit cum L- Valerio Flacco, sorte prouinciam nactus Hispaniam citeriorem, exque ea triumphum deportauit. Ibi cum diutius moraretur, P- Scipio Africanus, consul iterum, cuius in priori consulatu quaestor fuerat, uoluit eum de prouincia depellere et ipse ei succedere neque hoc per senatum efficere potuit, cum quidem Scipio principatum in ciuitate obtineret, quod tum non potentia, sed iure res publica administrabatur. Qua ex re iratus senatui, consulatu peracto priuatus in urbe mansit. At Cato, censor cum eodem Flacco factus, seuere praefuit ei potestati. Nam et in complures nobiles animaduertit et multas res nouas in edictum addidit, qua re luxuria reprimeretur, quae iam tum incipiebat pullulare. Circiter annos octoginta, usque ad extremam aetatem ab adulescentia, rei publicae causa suscipere inimicitias non destitit. A multis temptatus non modo nullum detrimentum existimationis fecit, sed, quoad uixit, uirtutum laude creuit.

 

Caton géra le consulat avec Lucius Valérius Flaccus. Le sort lui donna le gouvernement de l’Espagne citérieure, d’où il revint avec le triomphe. Comme il y restait trop longtemps, P. Scipion l’Africain, consul pour la seconde fois, dont il avait été questeur dans son premier consulat, voulut l’expulser de ce gouvernement, et lui succéder lui-même. Mais le sénat n’y prêta point les mains, parce qu’alors la république était administrée par le droit, et non par la puissance. Scipion, irrité de cela, après être sorti de charge, resta dans la ville en simple particulier. Caton, fait censeur avec le même Flaccus, exerça sévèrement cette magistrature ; car il punit un grand nombre de nobles, et il ajouta, en forme d’édit, beaucoup de nouveaux règlements aux anciennes ordonnances, à l’effet de réprimer le luxe qui commençait dès lors à faire des progrès. Pendant environ quatre-vingts ans, depuis sa première jeunesse jusqu’au dernier temps de sa vie, il ne cessa point de s’attirer des inimitiés dans l’intérêt de la république. Attaqué par plusieurs mécontents, non seulement il ne perdit rien de sa considération mais, tant qu’il vécut, la gloire de ses vertus augmenta.

 

II. Gessit consulatum

II. Il exerça le consulat

cum L. Valerio Flacco,

avec L. Valérius Flaccus,

nactus sorte provinciam

ayant obtenu par le sort pour province

Hispaniam citeriorem,

l'Espagne citérieure,

deportavitque triumphum

et rapporta le triomphe

ex ea.

d'elle.

Quum moraretur ibi

Comme il tardait là

diutius,

trop longtemps,

P. Scipio Africanus

P. Scipion l'Africain

consul iterum,

consul pour-la-seconde-fois,

cujus fuerat quaestor

dont il avait été questeur

in priore consulatu,

pendant son premier consulat,

voluit depellere eum

voulut faire-sortir lui

de provincia,

de sa province,

et ipse succedere ei.

et lui-même succéder à lui.

Neque per senatum

Et par le moyen du sénat,

potuit efficere hoc,

il ne put pas exécuter cela,

quum quidem Scipio

bien qu'à la vérité Scipion

obtineret principatum

occupât le premier-rang

in civitate,

dans la cité,

quod tum respublica

parce qu'alors la république

administrabatur

était gouvernée

non potentia, sed jure.

non par le crédit, mais par le droit.

Ex qua re

Par-suite duquel fait

iratus senatui,

irrité contre le sénat,

consulatu peracto,

son consulat étant achevé,

mansit in urbe

il resta dans la ville

privatus.

comme simple-particulier.

At Cato, factus censor

Cependant Caton, fait censeur

cum eodem Flacco,

avec le même Flaccus,

praefuit ei potestati

fut-à-la-tête-de cette charge

severe :

avec-sévérité :

nam et animadvertit

car et il sévit

in complures nobiles,

contre plusieurs nobles,

et addidit multas res novas

et ajouta beaucoup de choses nouvelles

in edictum,

à l'édit des censeurs,

quare luxuria,

pour que le luxe,

quae jam tum

qui déjà alors

incipiebat pullulare,

commençait à se multiplier (à croître),

reprimeretur.

fût réprimé.

Octoginta annos circiter,

Pendant quatre-vingts ans à peu près,

ab adolescentia

depuis l'adolescence

usque ad aetatem

jusqu'à l'âge

extremam,

le plus avancé,

non destitit

il ne cessa pas

suscipere inimicitias

de contracter des inimitiés

causa reipublicae.

dans l'intérêt de la république.

Tentatus a multis,

Attaqué en justice par beaucoup,

non modo

non-seulement

fecit nullum detrimentum

il ne fit aucune perte (ne perdit rien)

existimationis.

de l'estime publique,

sed, quoad vixit,

mais, tant qu'il vécut,

crevit laude virtutum.

il grandit par la gloire de ses vertus.

 

Commenter cet article