CORNELIUS NEPOS, VIES DES GRANDS CAPITAINES, ATTICUS, CHAP. I

Publié le par GO

CORNELIUS NEPOS, VIES DES GRANDS CAPITAINES, ATTICUS, CHAP. I

 

 

 

T- POMPONIUS ATTICUS, ab origine ultima stirpis Romanae generatus, perpetuo a maioribus acceptam equestrem obtinuit dignitatem. Patre usus est diligente et, ut tum erant tempora, diti in primisque studioso litterarum. Hic, prout ipse amabat litteras, omnibus doctrinis, quibus puerilis aetas impertiri debet, filium erudiuit. Erat autem in puero praeter docilitatem ingenii summa suauitas oris atque uocis, ut non solum celeriter acciperet, quae tradebantur, sed etiam excellenter pronuntiaret. Qua ex re in pueritia nobilis inter aequales ferebatur clariusque exsplendescebat, quam generosi condiscipuli animo aequo ferre possent. Itaque incitabat omnes studio suo. Quo in numero fuerunt L- Torquatus, C- Marius filius, M- Cicero; quos consuetudine sua sic deuinxit, ut nemo his perpetuo fuerit carior.

 

Titus Pomponius Atticus, issu d’une famille aussi ancienne que le peuple romain, conserva toujours le rang de chevalier, qu’il avait reçu de ses ancêtres. Il eut un père économe, riche, eu égard au temps d’alors, et surtout très passionné pour les lettres. Selon qu’il les aimait lui-même, il fit instruire son fils dans toutes les connaissances qu’on doit donner au premier âge. L’enfant avait, outre l’aptitude et la docilité de l’esprit, une extrême douceur de figure et de voix ; en sorte que non seulement il saisissait avec célérité les choses qu’on lui enseignait, mais encore il les récitait supérieurement. Aussi, dans son enfance, était-il distingué parmi ceux de son âge, et brillait-il avec trop d’éclat pour ne pas piquer l’amour propre de ses condisciples. C’est pourquoi il les excitait tous par son application et ses succès. De ce nombre furent Lucius Torquatus, Caius Marius le fils, et Marcus Cicéron, dont il sut gagner les coeurs au point qu’ils n’eurent jamais d’ami plus cher que lui.

 

I. T.Pomponius Atticus,

I. T. Pomponius Atticus,

generatus

descendu

ab origine ultima

de l'origine la plus reculée

stirpis Romanae,

de la race romaine,

obtinuit perpetuo

conserva toujours

dignitatem equestrem

le rang de-chevalier

acceptam a majoribus.

reçu de ses ancêtres.

Usus est patre

Il se servit de (eut) un père

diligente,

attentif à la conduite de sa maison,

et diti,

et riche,

ut erant tum tempora,

selon qu'étaient alors les temps (pour son époque),

imprimisque

et surtout

studioso litterarum.

ayant-du-goût pour les lettres.

Hic, prout ipse

Celui-ci, attendu que lui-même

amabat litteras,

aimait les lettres,

erudivit filium

instruisit son fils

omnibus doctrinis

dans toutes les sciences

quibus aetas puerilis

auxquelles l'âge de-l'enfance

debet impertiri.

doit être consacré.

Erat autem in puero,

Or il y avait dans l'enfant,

praeter docilitatem ingenii,

outre la disposition-à-apprendre de l'esprit,

summa suavitas

une extrême douceur

oris ac vocis,

d'organe et de voix,

ut non solum

de telle sorte que non-seulement

acciperet celeriter

il saisissait promptement

quae tradebantur,

les choses qui lui étaient enseignées,

sed etiam pronuntiaret

mais encore les débitait ensuite

excellenter.

d'une-manière-parfaite.

Ex qua re

Par-suite-de laquelle circonstance

ferebatur nobilis

il était réputé remarquable

inter aequales,

parmi ceux de-son-âge,

exsplendescebatque clarius

et brillait avec-plus-d'éclat

quam condiscipuli

que ses compagnons-d'étude

generosi

de-noble-naissance

possent ferre animo aequo.

ne pouvaient le supporter d'une âme égale.

Itaque incitabat omnes

En-conséquence il les animait tous

suo studio :

par son zèle :

in quo numero

dans lequel nombre (parmi ses condisciples)

fuerunt L. Torquatus,

furent L. Torquatus,

C. Marius filius,

C. Marius le fils,

M. Cicero;

M. Cicéron;

quos devinxit sibi

lesquels il attacha à lui

sua consuetudine

par son commerce

sic ut nemo

de-telle-sorte que personne

fuit carior perpetuo iis.

ne fut plus cher toujours à eux.

 

Commenter cet article