CICERON, PRO MILONE, CHAP. XVI

Publié le par GO

CICERON, PRO MILONE, CHAP. XVI

 

 

 

Quem igitur cum omnium gratia noluit, hunc uoluit cum aliquorum querella? quem iure, quem loco, quem tempore, quem impune non est ausus, hunc iniuria, iniquo loco, alieno tempore, periculo capitis, non dubitauit occidere? praesertim, iudices, cum honoris amplissimi contentio et dies comitiorum subesset, quo quidem tempore -- scio enim quam timida sit ambitio, quantaque et quam sollicita sit cupiditas consulatus -- omnia, non modo quae reprehendi palam, sed etiam obscure quae cogitari possunt timemus, rumorem, fabulam fictam, leuem perhorrescimus, ora omnium atque oculos intuemur. Nihil est enim tam molle, tam tenerum, tam aut fragile aut flexibile, quam uoluntas erga nos sensusque ciuium, qui non modo improbitati irascuntur candidatorum, sed etiam in recte factis saepe fastidiunt. Hunc igitur diem campi speratum atque exoptatum sibi proponens Milo, cruentis manibus scelus et facinus prae se ferens et confitens, ad illa augusta centuriarum auspicia ueniebat? Quam hoc non credibile in hoc! quam idem in Clodio non dubitandum, cum se ille interfecto Milone regnaturum putaret! Quid? (quod caput est {audaciae}, iudices) quis ignorat maximam inlecebram esse peccandi impunitatis spem? In utro igitur haec fuit? in Milone, qui etiam nunc reus est facti aut praeclari aut certe necessarii, an in Clodio, qui ita iudicia poenamque contempserat, ut eum nihil delectaret quod aut per naturam fas esset, aut per leges liceret. Sed quid ego argumentor? quid plura disputo? Te, Q- Petili, appello, optimum et fortissimum ciuem: te, M- Cato, testor, quos mihi diuina quaedam sors dedit iudices. Vos ex M- Fauonio audistis Clodium sibi dixisse, et audistis uiuo Clodio, periturum Milonem triduo. Post diem tertium gesta res est quam dixerat. Cum ille non dubitarit aperire quid cogitaret, uos potestis dubitare quid fecerit?

 

Et cet homme qu'il a tant de fois épargné, lorsque sa mort aurait satisfait tous les citoyens, il a voulu l'assassiner dans un temps où il ne l'a pu faire sans déplaire à quelques personnes! II n'a pas osé le tuer quand il en avait le droit, quand le lieu et le temps étaient favorables, quand il était assuré de l'impunité; et il n'a pas craint de le faire, en violant les lois, dans un lieu, dans un temps défavorable , et au péril de sa vie! et cela, citoyens, à la veille des comices, au moment de demander la première dignité de l'État, dans une circonstance où nous redoutons non seulement les reproches publics, mais les pensées même les plus secrètes. Je sais combien sont timides ceux qui sollicitent vos suffrages; je sais quels sont alors et l'ardeur du désir et le tourment de l'inquiétude : un bruit populaire, une fable dénuée de fondement, inventée à plaisir, indifférente, nous remplissent d'alarmes. Nous étudions tous les visages; nous lisons dans tous les yeux. En effet, rien n'est si délicat, si léger, si frêle et si mobile que l'opinion et la bienveillance des citoyens : non-seulement ils s'irritent contre les vices d'un candidat; mais souvent même le bien qu'il a fait n'excite que leur dédain. Ainsi Milon, se proposant ce jour des comices, l'objet de ses désirs et de ses espérances, venait se présenter à l'auguste assemblée des centuries , les mains encore fumantes du sang d'un citoyen dont il s'avouait l'assassin! Cet excès d'impudence est incroyable dans Milon : mais on devait l'attendre de Clodius, qui se flattait de régner dès que Milon aurait cessé de vivre. J'ajoute une réflexion. Vous savez tous que l'espoir de l'impunité est le plus grand attrait du crime. Or, lequel des deux a compté sur cette impunité? àlilon, qui dans ce moment se voit accusé pour une action glorieuse, du moins nécessaire? ou Clodius, qui avait conçu un tel mépris pour les tribunaux et les peines qu'ils infligent, que rien de ce qui est avoué par la nature ou permis par les lois ne pouvait lui plaire ? Mais qu'est-il besoin de tant de raisonnements? pourquoi toutes ces discussions? Q. Pétilius, et vous, Caton, que le sort ou plutôt la providence nous a nommés pour juges, j'invoque ici votre témoignage. M. Favonius vous a dit à tous deux, il l'a dit du vivant de Clodius, qu'il avait entendu de la bouche de ce furieux que Milon périrait dans trois jours; et le troisième jour le combat a eu lieu. Pouvez-vous douter de ce qu'il a fait, quand lui-même ne balançait pas à publier ce qu'il projetait de faire?

 

XVI. Quem igitur

XVI. Ainsi donc celui que

noluit

il n'a pas voulu tuer

cum gratia omnium,

avec l'approbation de tous,

voluit hunc

il a voulu le tuer

cum querela aliquorum ?

avec la plainte de quelques uns ?

quem non est ausus jure,

celui qu'il n'a pas osé tuer avec droit,

quem

qu'il n'a pas osé tuer

loco,

dans un lieu favorable,

quem

qu'il n'a pas osé tuer

tempore,

dans un temps propice,

quem impune;

qu'il n'a pas osé tuer impunément;

non dubitavit occidere hunc

il n'a pas hésité à tuer cet homme

injuria,

avec injustice,

loco iniquo,

dans un lieu désavantageux,

tempore alieno,

dans une circonstance défavorable,

periculo capitis?

au péril de sa tête?

Praesertim, judices,

Surtout, juges,

quum contentio

alors que la lutte

honoris amplissimi

pour l'honneur le plus considérable

et dies comitiorum

et le jour des comices

subesset :

était-proche :

quo quidem tempore

dans lequel temps assurément

( scio enim

(je sais en effet

quam sit timida ambitio,

combien est timide l'ambition ,

quantaque

et combien grand

et quam sollicita

et combien inquiet

sit cupiditas consulatus )

est le désir du consulat )

timemus omnia,

nous craignons toutes choses ,

non modo quae possunt

non-seulement celles qui peuvent

reprehendi palam,

être blâmées publiquement,

sed etiam quae possunt

mais encore celles qui peuvent

cogitari obscure ;

être pensées secrètement ;

perhorrescimus rumorem ,

nous avons-frayeur d'un bruit,

fabulam falsam,

d'un récit faux

fictam , levem ;

imaginé, futile;

intuemur ora

nous contemplons les visages

atque oculos omnium.

et les yeux de tous.

Nihil enim est tam molle,

Rien en effet n'est si souple,

tam tenerum,

si délicat,

tam aut fragile,

si ou fragile ,

aut flexibile,

ou flexible,

quam voluntas erga nos

que la bienveillance envers nous

sensusque civium ;

et les sentiments des citoyens ;

qui non modo irascuntur

eux qui non seulement s'irritent

improbitati candidatorum,

contre la perversité des candidats,

sed saepe etiam fastidiunt

mais souvent même sont-dédaigneux

in factis recte.

au sujet de choses faites honorablement.

Milo igitur

Ainsi Milon

sibi proponens

se posant-pour-but

hunc diem campi

ce jour du champ de Mars

speratum atque exoptatum,

espéré et souhaité,

ferens prae se

portant devant lui

manibus cruentis

de ses mains ensanglantées

et confitens scelus

et avouant un crime

et facinus,

et un attentat,

veniebat

venait

ad illa augusta auspicia

à ces augustes auspices

centuriarum?

des centuries ?

Quam hoc non credibile

Combien ce fait n'est pas croyable

in hoc !

dans cet homme!

quam idem

combien le même fait

non dubitandum

n'est pas à-mettre-en-doute

in Clodio,

dans Clodius,

qui putaret se regnaturum,

qui pensait lui devoir régner,

Milone interfecto !

Milon une fois tué !

Quid ? judices,

Mais quoi ? juges ,

quod est caput audaciae,

ce qui est la tête (le fond) de l'audace ;

quis ignorat

qui ignore

spem impunitatis

l'espoir de l'impunité

esse maximam illecebram

être le plus grand attrait

peccandi ?

de commettre-un-crime ?

In utro

Dans lequel des deux

haec igitur fuit?

cet espoir a-t-il donc été ?

in Milone ?

dans Milon ?

qui nunc etiam

lui qui maintenant même

est reus facti,

est accusé pour une action,

aut praeclari,

ou glorieuse,

aut certe necessarii :

ou au moins nécessaire :

an in Clodio ?

ou bien dans Clodius ?

qui contemserat ita

qui avait méprisé tellement

judicia poenamque,

les jugements et le châtiment

ut nihil delectaret eum,

que rien ne plaisait à lui,

quod aut esset fas

ou qui fût légitime

per naturam,

selon la nature,

aut liceret per leges.

ou qui fût-permis selon les lois.

Sed quid

Mais pourquoi

ego argumentor ?

raisonné-je ?

quid disputo plura ?

pourquoi discuté-je davantage ?

Appello te, Q. Petilli,

J'en appelle à toi, Q. Pétillius,

civem optimum

à toi citoyen très vertueux

et fortissimum ;

et très-courageux ;

te testor, M. Cato ;

je te prends-à-témoin , M. Caton ;

quos quaedam sors divina

vous qu'une sorte de hasard divin

mihi dedit judices.

m'a donnés pour juges.

Vos audistis

Vous avez entendu

ex M. Favonio,

de M. Favonius,

et audistis,

et vous l'avez entendu ,

Clodio vivo,

Clodius étant vivant,

Clodium dixisse sibi,

Clodius avoir dit à lui,

Milonem periturum triduo.

Milon devoir périr dans-trois-jours.

Res est gesta

La chose a été faite

post tertium diem,

après le troisième jour (le troisième jour après)

quam dixerat.

qu'il l'avait dit.

Quum ille non dubitaret

Lorsqu'il n'hésitait pas

aperire, quid cogitaret,

à découvrir ce qu'il méditait,

vos potestis dubitare

pouvez-vous douter

quid fecerit?

de ce qu'il a fait ?

 

Publié dans CICERON - PRO MILONE

Commenter cet article