CICERON, PRO MILONE, CHAP. XXX

Publié le par GO

CICERON, PRO MILONE, CHAP. XXX

 

 

 

Etenim si id non negat ex quo nihil petit nisi ut ignoscatur, dubitaret id fateri ex quo etiam praemia laudis essent petenda? nisi uero gratius putat esse uobis sui se capitis quam uestri defensorem fuisse, cum praesertim {in} ea confessione, si grati esse uelletis, honores adsequeretur amplissimos. Si factum uobis non probaretur -- quamquam qui poterat salus sua cuiquam non probari? -- sed tamen si minus fortissimi uiri uirtus ciuibus grata cecidisset, magno animo constantique cederet ex ingrata ciuitate. Nam quid esset ingratius quam laetari ceteros, lugere eum solum prop ter quem ceteri laetarentur? Quamquam boc animo semper omnes fuimus in patriae proditoribus opprimendis, ut, quoniam nostra futura esset gloria, periculum quoque et inuidiam nostram putaremus. Nam quae mihi ipsi tribuenda laus esset, cum tantum in consulatu meo pro uobis ac liberis uestris ausus essem, si id, quod conabar sine maximis dimicationibus meis me esse ausurum arbitrarer? Quae mulier sceleratum ac perniciosum ciuem interficere non auderet, si periculum non timeret? Proposita inuidia, morte, poena, qui nihilo segnius rem publicam defendit, is uir uere putandus est. Populi grati est praemiis adficere bene meritos de re publica ciuis; uiri fortis ne suppliciis quidem moueri ut fortiter fecisse paeniteat. Quam ob rem uteretur eadem confessione T- Annius qua Ahala, qua Nasica, qua Opimius, qua Marius, qua nosmet ipsi; et, si grata res publica esset, laetaretur: si ingrata, tamen in graui fortuna conscientia sua niteretur. Sed huius benefici gratiam, iudices, fortuna populi Romani et uestra felicitas et di immortales sibi deberi putant. Nec uero quisquam aliter arbitrari potest, nisi qui nullam uim esse ducit numenue diuinum; quem neque imperi nostri magnitudo neque sol ille nec caeli signorumque motus nec uicissitudines rerum atque ordines mouent, neque (id quod maximum est) maiorum sapientia, qui sacra, qui caerimonias, qui auspicia et ipsi sanctissime coluerunt, et nobis suis posteris prodiderunt.

 

En effet, s'il ne nie pas une action pour laquelle il demande uniquement d'être absous, que serait-ce lorsqu'il pourrait prétendre aux honneurs et à la gloire? à moins qu'il ne pensât que vous lui saurez plus de gré d'avoir défendu ses jours que d'avoir sauvé les vôtres. Et que risquerait-il? cet aveu, si vous vouliez être reconnaissants, lui assurerait les récompenses les plus honorables. Si au contraire vous n'approuviez pas sa conduite (eh ! qui pourrait ne pas approuver ce qui fait son salut?) si pourtant la vertu de l'homme le plus généreux pouvait déplaire à ses concitoyens, alors, sans se repentir d'une action vertueuse, il sortirait d'une patrie ingrate. Ne serait-ce pas en effet le comble de l'ingratitude que tous les citoyens se livrassent à la joie, pendant que l'auteur de l'allégresse publique serait seul dans le deuil? Au reste, citoyens, toutes les fois que nos bras ont frappé des traîtres, nous avons tous pensé que, s'il nous appartenait d'en recueillir la gloire, c'était à nous aussi que les périls et les haines étaient réservés. A quels éloges pourrais-je prétendre, après avoir tant osé pour vous et pour vos enfants, pendant mon consulat, si j'ai cru pouvoir le faire sans m'exposer aux plus violentes persécutions? quelle femme n'oserait pas immoler un scélérat et un traître, si nul danger n'était à craindre? Voir devant soi la haine, la mort, le supplice, et n'en être pas moins ardent à défendre la patrie; voilà ce qui caractérise le grand homme. Il est d'un peuple reconnaissant de récompenser les services rendus à l'État; mais le devoir d'un citoyen courageux est d'envisager le supplice même, sans se repentir d'avoir eu du courage. Milon ferait donc ce qu'ont fait Ahala, Nasica, Opimius, Marius; ce que j'ai fait moi-même : il avouerait son action; et si la république était reconnaissante, il s'eri féliciterait; si elle était ingrate, il serait du moins consolé par le témoignage de sa conscience. Mais ce bienfait, citoyens, ce n'est pas à lui que vous le devez , c'est à la fortune du peuple romain, c'est à votre bonheur, c'est aux dieux immortels. Pour les méconnaître ici, il faudrait nier l'existence de la divinité; voir, sans en être ému, la grandeur de votre empire, le soleil qui nous éclaire, le mouvement régulier du ciel et des astres, les vicissitudes et l'ordre constant des saisons; et, pour dire encore plus , la sagesse de nos ancêtres, qui ont maintenu avec tant de respect les sacrifices, les cérémonies et les auspices qu'ils ont religieusement transmis à leur postérité.

 

XXX. Etenim,

XXX. En effet,

si non negat id ,

s'il ne nie pas cette action,

ex quo petit nihil,

pour laquelle il ne demande rien,

nisi ut ignoscatur,

sinon qu'il lui soit pardonné,

dubitaret fateri id,

hésiterait-il à avouer cette autre,

ex quo

pour laquelle

etiam praemia laudis

même des récompenses de gloire

essent petenda ?

seraient à-demander?

nisi vero putat

à moins pourtant qu'il ne pense

esse gratius vobis,

être plus agréable pour vous

se fuisse defensorem

lui avoir été le défenseur

sui capitis, quam vestri :

de sa tête, plutôt que de la vôtre :

praesertim quum

surtout lorsque

in ea confessione,

dans (par) cet aveu,

si velletis esse grati,

si vous vouliez être reconnaissants,

assequeretur

il obtiendrait

honores amplissimos.

les honneurs les plus considérables.

Si factum

Si l'action

non probaretur vobis

n'était pas approuvée par vous

( quanquam qui sua salus

(quoique comment son propre salut

poterat non probari

pourrait-il ne pas être approuvé

cuique?),

par chacun ? ),

sed tamen si virtus

mais cependant si le courage

viri fortissimi

d'un homme très-ferme

cecidisset minus grata

était tombé (avait été) moins agréable

civibus, cederet

aux citoyens, il se retirerait

animo magno constantique

d'une âme grande et ferme

ex civitate ingrata.

d'une cité ingrate.

Nam quid esset ingratius,

Car quoi pourrait-être plus ingrat,

quam ceteros laetari,

que tous-les-autres se réjouir,

eum solum lugere,

et celui-là seul gémir,

propter quem

à cause duquel

ceteri laetarentur ?

tous-les-autres se réjouiraient?

Quanquam omnes

Quoique tous

fuimus semper hoc animo

nous avons été toujours de cet esprit

in opprimendis

en accablant

proditoribus patriae,

les traîtres à la patrie,

ut, quoniam gloria

que, puisque la gloire

esset futura nostra,

devait être nôtre,

putaremus

nous pensions

periculum quoque

le danger aussi

et invidiam nostram.

et la haine être nôtre.

Nam quae laus

Car quelle louange

esset tribuenda mihi ipsi,

aurait été à décerner à moi-même

quum essem tantum ausus

après que j'avais tant osé

in meo consulatu

dans mon consulat

pro vobis ac vestris liberis,

pour vous et vos enfants,

si arbitrarer

si j'avais pensé

me esse ausurum id ,

moi pouvoir oser cela,

quod conabar,

que j'entreprenais,

sine dimicationibus meis

sans des luttes miennes

maximis?

très-grandes ?

Quae mulier

Quelle femme

non auderet occidere

n'oserait tuer

civem sceleratum

un citoyen scélérat

ac perniciosum,

et dangereux,

si non timeret periculum?

si elle ne craignait pas le danger?

Invidia, morte, poena

La haine, la mort, le châtiment

proposita,

étant placés-devant lui,

qui defendit rempublicam

celui qui défend la république

nihilo segnius,

non plus mollement pour cela,

is est putandus

celui-là doit être regardé

vere vir.

comme étant véritablement un homme.

Est populi grati,

Il est d'un peuple reconnaissant,

afficere praemiis

de gratifier de récompenses

cives bene meritos

les citoyens qui ont bien mérité

de republica;

de la république ;

viri fortis,

il est d'un homme courageux,

ne moveri quidem

de ne pas même être ému

suppliciis ,

par les supplices,

ut poeniteat

au point qu'il se repente

fecisse fortiter.

d'avoir agi courageusement.

Quamobrem T. Annius

Aussi T. Annius

uteretur eadem confessione,

ferait-usage du même aveu,

qua Ahala, qua Nasica,

que Ahala , que Nasica,

qua Opimius, qua Marius,

qu'Opimius, que Marius,

qua nosmetipsi :

que nous-mêmes :

et, si respublica

et, si la république

esset grata,

était reconnaissante,

laetaretur ;

il s'en réjouirait ;

si ingrata,

si elle était ingrate,

tamen in fortnna gravi

cependant dans une fortune pénible

niteretur sua conscientia.

il s'appuierait sur sa conscience.

Sed, judices,

Mais, juges,

fortuna populi romani,

la fortune du peuple romain,

et vestra felicitas ,

et votre bonheur,

et dii immortales

et les dieux immortels

putant gratiam

pensent la reconnaissance

hujus beneficii

de ce bienfait

sibi deberi.

leur être due.

Nec vero quisquam

Et assurément personne

potest arbitrari aliter,

ne peut croire autrement,

nisi qui ducit

si ce n'est celui qui juge

esse nullam vim

n'exister aucune force

numenve divinum :

ou puissance divine :

quem neque magnitudo

celui que ni la grandeur

vestri imperii,

de votre empire,

neque ille sol,

ni ce soleil,

nec motus coeli

ni les mouvements du ciel

signorumque,

et des constellations,

nec vicissitudines

ni les vicissitudes

atque ordines rerum

et l'ordre des choses

movent, neque,

n'émeuvent, ni,

id quod est maximum,

ce qui est le plus grand,

sapientia

la sagesse

nostrorum majorum,

de nos ancêtres,

qui et ipsi coluerunt

qui et eux-mêmes ont pratiqué

sanctissime

très-religieusement

sacra,

les sacrifices,

qui caeremonias,

qui ont pratiqué les cérémonies ,

qui auspicia,

qui ont pratiqué les auspices,

et prodiderunt nobis,

et les ont transmis à nous,

suis posteris.

leurs descendants.

 

Publié dans CICERON - PRO MILONE

Commenter cet article