CICERON, CATO MAJOR SEU DE SENECTUTE DIALOGUS, Chap. II

Publié le par GO

CICERON, CATO MAJOR SEU DE SENECTUTE DIALOGUS, Chap. II

 

 

 

II. 4. Scipio. Saepe numero admirari soleo cum hoc C- Laelio cum ceterarum rerum tuam excellentem, M- Cato, perfectamque sapientiam, tum uel maxime quod numquam tibi senectutem grauem esse senserim, quae plerisque senibus sic odiosa est, ut onus se Aetna grauius dicant sustinere. Cato. Rem haud sane difficilem, Scipio et Laeli, admirari uidemini. Quibus enim nihil est in ipsis opis ad bene beateque uiuendum, eis omnis aetas grauis est; qui autem omnia bona a se ipsi petunt, eis nihil malum potest uideri quod naturae necessitas adferat. Quo in genere est in primis senectus, quam ut adipiscantur omnes optant, eandem accusant adeptam; tanta est stultitiae inconstantia atque peruersitas. Obrepere aiunt eam citius, quam putassent. Primum quis coegit eos falsum putare? Qui enim citius adulescentiae senectus quam pueritiae adulescentia obrepit? Deinde qui minus grauis esset eis senectus, si octingentesimum annum agerent quam si octogesimum? Praeterita enim aetas quamuis longa cum effluxisset, nulla consolatio permulcere posset stultam senectutem.
5. Quocirca si sapientiam meam admirari soletis (quae utinam digna esset opinione uestra nostroque cognomine!), in hoc sumus sapientes, quod naturam optimam ducem tamquam deum sequimur eique paremus; a qua non ueri simile est, cum ceterae partes aetatis bene descriptae sint, extremum actum tamquam ab inerti poeta esse neglectum. Sed tamen necesse fuit esse aliquid extremum et, tamquam in arborum bacis terraeque fructibus maturitate tempestiua quasi uietum et caducum, quod ferundum est molliter sapienti. Quid est enim aliud Gigantum modo bellare cum dis nisi naturae repugnare?
6. Laelius. Atqui, Cato, gratissimum nobis, ut etiam pro Scipione pollicear, feceris, si, quoniam speramus, uolumus quidem certe senes fieri, multo ante a te didicerimus, quibus facillime rationibus ingrauescentem aetatem ferre possimus. Cato. Faciam uero, Laeli, praesertim si utrique uestrum, ut dicis, gratum futurum est. Laelius. Volumus sane, nisi molestum est, Cato, tamquam longam aliquam uiam confeceris, quam nobis quoque ingrediundum sit, istuc, quo peruenisti uidere quale sit.

 

II. - SCIPION : Il nous est souvent arrivé, Caton, à Lélius et à moi, d'admirer cette sagesse parfaite qui se manifeste dans tout ce que tu fais, mais ce qui nous paraît le plus admirable, c'est que jamais on n'a le sentiment que la vieillesse te soit à charge, alors que la plupart des vieillards la considèrent comme un fardeau haïssable; à les entendre on les croirait accablés sous un poids plus lourd que celui de l'Etna. - CATON : Vous me semblez accorder votre admiration à une tenue qui n'a rien de si difficile. A qui n'a en lui-même aucune ressource pour bien vivre, assurer son bonheur, tous les âges de la vie sont à charge; à qui cherche le bien en lui-même nulle nécessité naturelle ne peut paraître mauvaise. Et la vieillesse en est une au premier chef; tous désirent y parvenir et, quand on y est arrivé, on a contre elle toute sorte de griefs. Telle est l'inconséquence, le manque de jugement de l'insensé.
Elle vient, dites-vous, subrepticement, plus vite qu'on n'aurait cru. Mais d'abord qui vous oblige à mal calculer? Est-ce donc que le passage de la jeunesse à la vieillesse surprend par sa rapidité plus que celui de l'enfance à la jeunesse? Et en second lieu croyez-vous que la vieillesse vous pèserait moins si, au lieu de quatre-vingts ans, vous en aviez huit cents? Si long qu'il soit, du moment qu'il est écoulé, le temps passé ne peut adoucir les regrets d'un vieillard déraisonnable.
Si donc vous admirez ma sagesse - et plût au ciel qu'elle méritât votre admiration et justifiât mon surnom - sachez qu'elle consiste à suivre le meilleur des guides qui est la nature et à lui obéir. Elle a tout bien ordonné, il n'est pas vraisemblable qu'elle ait, comme un poète à bout de souffle, négligé le dernier acte. Il fallait cependant bien qu'il y eût une fin à la vie, tout de même que, pour les fruits des arbres et ceux de la terre, un moment vient, celui de la pleine maturité, où ils se flétrissent et tombent. Le sage doit accepter cela de bonne grâce.
Lutter contre la nature, ne serait-ce pas renouveler la révolte des Titans? - LÉLIUS : Il nous serait extrêmement agréable, je l'affirme pour Scipion comme pour moi, à nous qui espérons, qui voulons devenir vieux, d'apprendre de toi longtemps d'avance quelles considérations pourront le mieux nous aider à porter le poids des ans quand il s'alourdira. - CATON : Je suis prêt à le faire si, comme tu le dis, cela doit vous être agréable à tous deux. - LÉLIUS : Ce que nous voudrions, si cela ne t'ennuie pas, c'est que, arrivé en quelque sorte au terme d'un long voyage que nous devons entreprendre, tu nous fisses bien connaître le but auquel tu es parvenu.

 

II. 4. SCIPIO. Soleo

II. 4. SCIPION. J'ai-l'habitude

admirari saepenumero

d'admirer souvent

cum hoc C. Laelio ,

avec ce C. Lélius ici présent,

tuam sapientiam, M. Cato,

votre sagesse , M. Caton ,

excellentem perfectamque

supérieure et parfaite

tum ceterarum rerum ,

soit de (pour) toutes-les-autres choses ,

tum vel maxime,

soit même surtout,

quod nunquam senserim

parce que jamais je n'ai remarqué

senectutem

la vieillesse

esse gravem tibi ;

être lourde pour vous;

quae est sic odiosa

elle qui est si odieuse

plerisque senibus

à la plupart des vieillards

ut dicant se sustinere onus

qu'ils disent eux soutenir un poids

gravius Aetna.

plus lourd que l'Etna.

CATO. Scipio et Laeli,

CATON. Scipion et Lélius,

videmini admirari rem

vous me paraissez admirer une chose

sane haud difficilem.

assurément non difficile.

Omnis aetas est gravis

Tout âge est lourd

iis quibus nihil opis

à ceux à qui rien de (aucune) ressource

est in ipsis

n'est en eux-mêmes

ad vivendum bene beateque:

pour vivre bien et heureusement :

nihil autem,

rien au contraire,

quod necessitas nuturae

de ce que la nécessité de la nature

afferat,

apporte,

potest videri malum

ne peut paraître un mal

iis qui petunt omnia bona

à ceux qui tirent tous leurs biens

a se ipsis.

d'eux-mêmes.

Senectus est in primis

La vieillesse est dans les premiers objets

in quo genere,

en ce genre,

quam omnes optant

laquelle tous sonhaitent

ut adipiscantur,

qu'ils puissent atteindre,

accusant eamdem adeptam:

et accusent la même une fois atteinte :

tanta est inconstantia

si-grande est l'inconstance

atque perversitas stultitiae!

et le travers de leur sottise!

Aiunt eam obrepere

Ils disent elle se glisser

citius quam putavissent.

plus vite qu'ils n'avaient cru.

Primum quis coegit eos

D'abord qui les a forcés

putare falsum ?

de penser une chose fausse?

Quid enim ?

Quoi donc?

Senectus

La vieillesse

obrepit adolescentiae

se glisse-t-elle après la jeunesse

citius quam adolescentia

plus vite que la jeunesse

pueritiae ?

après l'enfance?

Deinde, qui senectus

Ensuite, comment la vieillesse

esset minus gravis iis ,

serait-elle moins lourde poureux,

si agerent annum

s'ils passaient (vivaient) l'année

octingentesimum,

huit-centième,

quam octogesimum ?

que s'ils passaient la quatre-vingtième?

Aetas enim praeterita,

En effet l'âge écoulé,

quamvis longa,

quoique long,

quum effluxisset,

lorsqu'il serait passé,

posset permulcere

ne pourrait adoucir

nulla consolatione

par aucune consolation

senectutem stultam.

une vieillesse insensée.

5. Quocirca, si soletis

5. Aussi, si vous avez-coutume

admirari meam sapientiam,

d'admirer ma sagesse,

(utinam quae esset digna

(et plût-aux-Dieux qu'elle fût digne

vestra opinione

de votre opinion

nostroque cognomine ! )

et de notre (mon) surnom ! )

sumus sapientes in hoc

nous sommes sages en cela

quod sequimur naturam,

que nous suivons la nature,

optimam ducem,

le meilleur guide,

tanquam Deum,

comme un Dieu,

paremusque ei :

et que nous lui obéissons :

a qua non est verisimile,

par laquelle il n'est pas vraisemblable,

quum ceterae partes aetatis

lorsque toutes-les-autres parties de l'âge,

descriptae sint bene,

ont été réglées bien ,

extremum actum

le dernier acte

neglectum esse ,

avoir été négligé,

tanquam a poeta inerti.

comme par un poète sans-art.

Sed tamen fuit necesse

Mais cependant il a été nécessaire

aliquid extremum esse,

quelque chose de final être,

et quasi vietum et caducum

et comme mou et prêt-à-tomber

maturitate tempestiva,

par une maturité de-saison,

tanquam in baccis arborum

comme dans les baies des arbres

frugibusque terrae :

et les productions de la terre :

quod est ferendum molliter

ce qui doit être supporté sans-résistance

sapienti.

par le sage.

Bellare enim cum Diis

En effet lutter contre les Dieux

modo Gigantum,

à la manière des Géants,

quid est aliud,

qu'est-ce autre chose,

nisi repugnare naturae?

sinon résister à la nature?

6. LAELIUS. Atqui, Cato,

6. LELIUS. Eh bien ! Caton,

feceris gratissimum nobis,

vous aurez fait une chose très-agréable à nous,

ut pollicear

afin que je promette

etiam pro Scipione,

aussi pour Scipion,

si, quoniam speramus,

si, puisque nous espérons,

volumus quidem certe

que nous voulons du moins certes

fieri senes,

devenir vieux,

didicerimus a te multo ante

nous avons appris de vous beaucoup d'avance

quibus rationibus

par quels moyens

possimus ferre facillime

nous pourrons supporter le plus aisément

aetatem ingravescentem.

l'âge qui s'appesantit.

CATO. Faciam vero,

CATON. Je le ferai vraiment,

Laeli;

Lélius ;

praesertim

surtout

si futurum est gratum

si cela doit être agréable

utrique vestrum,

à l'un-et-à-1'autre de vous,

ut dicis.

comme vous dites.

LAELIUS. Volumus sane,

LELIUS. Nous voulons assurément,

Cato,

Caton,

nisi est molestum,

si la chose ne vous est pas désagréable,

tanquam confeceris

comme si vous aviez fait

aliquam longam viam,

une longue route,

quam ingrediendum sit

qu'il nous faille entreprendre

nobis quoque,

à nous aussi,

videre quale sit

voir de-quelle-nature est

istuc, quo pervenisti.

cet endroit, où vous êtes parvenu.

 

Commenter cet article